• Transe Gaule 2011 étape 16

    Étape 16 --> Cassagnes-Bégonhès (Aveyron) - St-Sernin-sur-Rance (Aveyron) - 53.4 km

    La possibilité d’avoir de la pluie nous avait été annoncée au départ de l’étape et je m’étais donc muni d’un poncho, bien calé dans mon petit sac banane, prêt à être sorti en cas de forte pluie. Le temps était lourd, à peine frais, et dès le départ le parcours montait. Je suis parti dans le groupe des 10/15 premiers, ne cherchant pas tout de suite à m’accrocher aux sous-groupes qui se constituaient. J’avais pour moi d’être assez bon en côte et au train j’avais prévu de remonter les quelques téméraires partis à l’arrache dès potron-minet. Mon rythme me convenait, pas de douleurs, comme d’habitude depuis le début de la TG, ou alors des toutes petites « habituelles » que j’avais apprivoisées (bursite, psoas…) ; la pente augmenta ce qui me fit revenir sur les gars de devant (pas ceux du top sept, trop forts). JB qui courait l’étape avec nous me rejoignit et nous avons parcouru plusieurs km en tapant la discute, bien sûr de la TG, mais aussi de la TransEurope 2012 au niveau de l’intendance dont nous sommes à un certain degré chargés par Ingo.
    De ce fait, le ravitaillement N°1 arriva tellement vite que je m’aperçus que j’avais oublié de boire une de mes deux bouteilles, ce qui au milieu de l’étape pouvait s’avérer être une faute sévère. Je me rattrapai et remplis à nouveau mes deux bouteilles (50 + 33cl), je pris quelques bouts de melon et de saucisson ainsi qu’une banane pour la route. Cap sur Lincou, second ravitaillement, avec une belle descente où j’envoyai à 11,5km/h sans prendre de risques inconsidérés, il n’aurait plus manqué que ça ! Lincou, km26, marquait le début des choses sérieuses avec une belle route de 10km, ombragée jusqu’au km8, et toute en montée. Je me régalais, ne puisant pas dans mes réserves, avec toujours un œil sur le cardio pour ne pas passer de l’autre côté de la force. Les différents virages et changements de versants de la vallée me permettaient d’apercevoir ceux qui étaient loin, très loin devant, à environ 15 ou 20 minutes et quand ce fut mon tour d’être rendu là-haut, j’essayai d’apercevoir ceux qui étaient encore en bas : il n’y en avait pas beaucoup, donc j’en déduisis qu’ils étaient assez proches derrière moi. Après le ravitaillement N°3, au sommet de la montée, on basculait dans la descente, d’une demi-douzaine de km avant de remonter un peu puis de replonger vers Plaisance où nous attendaient le ravitaillement N°4 et le passage du 1000ème km de la TG.
    Jusqu’alors, le temps avait été assez frais, avec l’ombre des forêts et la couverture nuageuse, mais après le ravitaillement la route était en plein soleil, celui-ci tapant aussi fort que lors des étapes chaudes qu’on croyait passées. Ce fut laborieux, mais comme ça montait encore avant la plongée vers l’arrivée, j’essayai de courir à 10km/h sachant que la dernière partie serait plus pentue et m’obligerait à ralentir. Je me fis passer par Ian, même pas courtois, sans aucun signe d’encouragement, surtout après les moments passés à le consoler lors de son abandon de l’an dernier dès l’étape N°3. J’essayai de m’accrocher pour finir avec lui, mais j’ai senti comme il se retournait sans cesse que ça n’en valait pas la peine, qu’il allait allumer encore plus. A l’arrivée, même pas un regard de sa part, ni même des félicitations comme on a l’habitude d’en donner. C’est le genre de type qui doit se la péter de faire une place dans les dix. J’ai attendu d’avoir des nouvelles des copains, pas très rassurantes pour Vincent G qui était au bord de l’abandon. Nadine arriva quand je revenais de ma douche puis ce fut au tour de JP, suivi de Bruno et nous avons attendu Vincent qui arriva dernier en 9h34 à un quart d’heure du cut-off.
    J’avais de la peine pour lui. J’espérais que le lendemain il pourrait s’accrocher et aller au bout, la dernière étape étant une formalité quand on quitte St Pons de Thomières.

    à+Fab*****

    « Transe Gaule 2011 étape 15Transe Gaule 2011 étape 17 »

  • Commentaires

    1
    Michel ROBERT**
    Vendredi 26 Août 2011 à 11:06
    Salut Fabrice. Bravo pour ta maîtrise de l'épreuve. Etonnant le comportement de Jan ! Tu fais bien de le signaler sinon on aurait tendance à penser qu'à la TG tout il est beau tout il est rose ! Bonne route vers Gruissan, l'air de la mer va te faire du bien. A Bientôt. Michel
    2
    Raoul
    Vendredi 26 Août 2011 à 21:45
    Salut Fab, ne lâche l'affaire, tu y es !!! A bientôt sur la Jaguère ... Atchao.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :