• Mercredi 30 juillet. J-14  : ça approche à grands pas !
    Dans deux semaines maintenant la Transe Gaule sera commencée, et à cette heure (23h) la première étape entre Roscoff et Plounévézel aura déjà été courue. Les coureurs, ou au moins leur grande majorité, essaieront de trouver le sommeil dans le gymnase de Plounévézel, tout en repensant à la journée passée ainsi qu'à celle du lendemain qui les attendra.
    Les impressions individuelles concernant cette première étape ne seront pas toujours positives, l'organisme ne s'étant pas encore habitué à l'enchaînement des kilomètres et des étapes. L'inquiétude sur l'état de forme du lendemain matin prévaudra : "Pourquoi ai-je eu tant de mal à faire ces 62km à une si petite vitesse alors que d'habitude j'en fais 100 plus vite et avec moins de difficultés ? Aurai-je du mal à reprendre le rythme demain matin ? Des douleurs commenceront-elles à apparaître ? Vais-je les identifier et ne pas paniquer dès leur arrivée ? Vais-je avoir le temps de me lever, de me préparer et de ranger tout mon barda ? Quel temps va-t-il faire ? " Toute une série d'interrogations vont venir troubler l'endormissement.
    Il fera aussi peut-être chaud dans le gymnase ce qui, ajouté aux suées nocturnes dues aux efforts consentis lors de la première étape malgré la prudence dans son approche, va troubler le repos. Celui-ci sera aussi de courte durée car le départ de la première étape étant donné aux alentours de 8h30, l'arrivée en plein milieu de l'après-midi, voire en début de soirée pour les moins rapides, vont faire se précipiter les choses et rogner le temps précieux de récupération.
    Certains auront à peine eu le temps de s'installer, de se doucher et de laver quelques affaires qu'il faudra dîner et vite préparer la tenue du lendemain afin de gagner du temps au réveil. Cette première soirée pourra être ressentie avec frustration, car manquant de temps pour discuter avec les collègues coureurs. Les CR individuels seront brefs, mais chacun pourra se rattraper le lendemain soir où l'arrivée sera plus tôt dans l'après-midi. Le repas du soir permettra néanmoins de discuter, mais pas longtemps. Vite il faudra aller préparer tout le bazar pour être efficace tôt le lendemain matin au départ de la 2ème étape.

    A 52 coureurs dans le gymnase, sans compter tous les membres du staff ainsi que les accompagnateurs, ça va faire du monde au petit-déjeuner, aux sanitaires, enfin à tous les endroits où l'on s'affaire dès l'aube. Il va falloir ne pas trop se disperser et être encore mieux organisé que lors des éditions précédentes.
    Ah 2005 ! Quand nous n'étions que 24 !
    Mais bon, c'est la notoriété grandissante de cette merveilleuse course qui lui a apporté tant de postulants à l'étoile. On ne va pas s'en plaindre, c'est tellement sympa toute cette grande "famille" réunie pour presque 3 semaines de découverte.

    Ce soir, je me rappelle des trois éditions précédentes, et je me dis que je vais essayer cette année de profiter du temps, de le savourer, car il passe tellement vite.

    à+Fab***

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique