• Voici un courrier envoyé par Yves Duquesne* (médecin et coureur "finisher" de la Transe Gaule 2006) à Jacques Sirat coureur ayant dû abandonner sur blessures physiques et morales lors de cette même course.

    "salut

    Voici un double du courrier que j'ai adressé à Jacques Sirat qui a été fort intéréssé par les histoires d'oedèmes!!!
    Ce qu'il faut surtout retenir pour la Transe Gaule c'est:
    1-se faire plaisir !
    2-se faire plaisir !
    3-se faire plaisir !
     
    Car c'est avant tout une course qui va bien aux bons vivants !
    yves
    a+
     

    Salut Jacques

    Pour info et comme prévu, des renseignements sur les oedèmes de notre Transe Gaule 2006 !

    Il s’agit probablement d'une myoglobinurie : en résumé , lorsque les muscles sont mis à rude épreuve (effort prolongé ou très violent, chaleur) ils libèrent en grande quantité une protéine, la myoglobine, qui peut "boucher" les reins en partie ou ...complètement !

    Résultat : on pisse moins ou pas, l'eau s'accumule sous forme d'oedème et nous "gonflons" ! Cela peut donner, à l'extrême, une insuffisance rénale grave !

    Ce qui compte pour toi et pour nous tous, coureurs, c'est : comment la prévenir ou la soigner ?

    1- Entraînement régulier avant ce type de course : courir, si possible, tous les jours, les mois qui précèdent la TG (par exemple 70 à 80 km / semaine semblent raisonnables, pendant 4 à 6 mois selon les bonshommes et pour ne pas arriver épuisé);

    2- Eviter les coups de chaleurs (d'où l'excellente idée de JBJ de faire partir la course de bonne heure), ralentir s'il le faut, s'arroser, se mettre à l'ombre, etc...

    3- Apporter beaucoup de calories pendant la course : 3500 à 4000 kcal / jour, au moins, car plus un muscle est dans le besoin, plus il manque de "carburant", et plus il risque de nous guider vers cette myoglobinurie !

    4- Et enfin, boire régulièrement beaucoup : 1 litre / heure de course, et ce n'est pas si évident !!!  (Soit, pour moi, une moyenne de 8 litres par étape ! Donc, la bouteille à la main et à la bouche en quasi permanence !

    5- Si l'oèdeme est là (en principe pas sérieux de continuer, mais les Gaulois ne sont pas dans cette catégorie !) il faut éviter tout facteur aggravant, à savoir : aucun médicament et surtout pas d'anti-inflammatoires, car ceux-ci ne serviront pas dans ce cas, bien au contraire ! En effet, ces médicaments sont éliminés par les reins, et si les reins ont déjà du mal à éliminer la myoglobine, ils auront du mal à éliminer les anti-inflammatoires, d'où le risque de surdosage, et leur surdosage peut entraîner une insuffisance rénale ! Par contre, il faut boire énormément, même si l'oedème augmente encore plus, le but étant de faire "pisser" nos reins (le prix à payer sera peut être une augmentation de l'oedème mais nous "sauverons nos reins ! )

     

    En Résumé :

    1- Bien s'entraîner régulièrement avant et sans s'épuiser;

    2- Bien boire pendant la course et en récupération; ++

    3- Bien manger; ++

    4- Eviter le coup de chaud;

     

    MORALE: <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    En buvant beaucoup de bièreS, nos chers allemands boivent bien, apportent des calories, et en plus çà les fait pisser ! 

    La Transe Gaule, tout comme ces courses de longue haleine, sont donc bien des courses de BONS VIVANTS  et … tant mieux !

     

    En espérant avoir apporté quelques éléments à tes questions !<o:p></o:p>

    Si tu veux plus de détails tape « myoglobinurie marathon » sur google.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Pour la petite info : notre cher soldat mort pour avoir parcouru la distance mythique du marathon et qui a donné le nom à la fameuse course de 42km et des poussières ne connaissaît pas tout cela, et il est peut-être mort d’une myoglobinurie grave;<o:p></o:p>

    Il faisait sans doute chaud (je n’ai pas la météo du jour !), et je n’ai pas les photos du Willem de l’époque ! Ni le film du Pascal régional !<o:p></o:p>

    Mais avec sa cuirasse de soldat, il a certainement bien transpiré, cet homme-là !<o:p></o:p>

    Il n’y avait pas Gérard, Marcel, Marie-Louise, Cathy, Jaquemine … pour les ravitaillements !<o:p></o:p>

    Il n’y avait pas Charles ou Philou pour ses bagages !<o:p></o:p>

    Il n’y avait pas le TEAM avec lui ! (d’autres coureurs, famille, amis)<o:p></o:p>

    Il n’y avait pas de JB, ni de flêches orangées sur la route !<o:p></o:p>

    Et puis il n’y avait sans doute pas de bonne BIER !!!!!!!!!<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Salut à toi et bonne route

    Good running !

    A  +

    yves"


    votre commentaire
  • Cette photo a été prise par Damien pendant les quelques jours qu'il a passés sur la Transe Gaule. Je vous invite à lire son récit et à admirer ses photos sur son blog :

     Transe Gaule : Quelle expérience !

    Jour J : mercredi 16 août

    Après une nuit en pointillés, le départ est enfin donné pour cette étape de mise en jambes pour l'ensemble des coureurs.

    Fab a décidé de gérer sa course en alternant 30 secondes de course et 10 secondes de marche ce qui l'a mené sur la ligne d'arrivée en 7 h 43 min et 18 s.

    Jusqu'au 30ème kilomètre il a eu de bonnes sensations mais entre le 30ème et le 50ème km certaines douleurs se sont réveillées et lui ont un peu gâché la fête. La pluie, les côtes, le vent et la circulation n'ont rien arrangé non plus.

    Le moral est bon tout de même et il reste confiant pour demain.

     

    J + 1 : jeudi 17 août

    Cette deuxième étape s'est globalement bien déroulée. Fab a parcouru les 45 premiers kilomètres sans  trop de bobo puis les douleurs d'hier ont refait leur apparition alors, bien évidemment, les dernières bornes furent plus délicates à gérer et, comme hier, la météo n'était pas avec les Gaulois et puis la fatigue est présente.

    Mais je sens que notre coureur a le moral, alors tout va!

    Il a franchi la ligne d'arrivée en 7 h 42 min et 59 s en compagnie d'une britannique et d'un allemand. (Vous m'excuserez, mais je n'ai pas retenu leurs noms!)

    Entre son arrivée et son coup de téléphone (18 h 30), Fab n'avait pas encore pris le temps de se reposer. Qu'a-t-il fait, me direz-vous?

    Au programme : récupération, lessive (qui ne sèche pas...), petite collation (Bolino... Hum!), préparation des affaires pour la longue étape de demain (75 km! !). Il était content car Jaquemine l'a complimenté sur la gestion de ses affaires (C'est moins le bazar que l'an passé! Si vous pensiez que Fab était un gars bien ordonné, allez revoir les  photos de la TG 2005 que j'ai remises en ligne, il y en a une qui vous montre le contraire! Mais cette année on lui a offert une belle et grosse valise pour qu'il puisse s'y retrouver plus facilement!!! Et cela a l'air de fonctionner!)

    Ce soir pas de soirée traiteur, alors les coureurs vont aller se restaurer dans un petit resto à côté du gymnase.

     

    J + 2 : vendredi 18 août

    Aujourd'hui pour cette longue étape de 75 km Fab s'est fait une belle frayeur au 10ème kilomètre quand il a ressenti une vive douleur au mollet, comme un coup de poignard. Il a tout de suite pensé à une déchirure ou un truc de ce genre. Il a ralenti l'allure et s'est mis à courir très prudemment en restant vigilant. La douleur a disparu petit à petit... Ouf ! Il a ensuite géré sa course en alternant, comme toujours, les moments de course et les moments de marche, même s'il a moins marché aujourd'hui.

    Il est arrivé à Guer en 9 h 24 min 50 s, ce qui le met 23ème au classement général ce soir.

    C'est sur cette étape qu'il y a une longue ligne droite le long d'une ancienne voie ferrée... Ce morceau de la TG, long de 18 kilomètres, il m'en parlait encore dimanche dernier... Cela l'avait beaucoup marqué l'an passé. Il a abordé ce tronçon en compagnie de Daniel Müller**** et Romain Valle* mais l'a fini tout seul. (Je pense que cela ne l'a pas gêné... J'imagine très bien alors ses pensées!)

    Demain Fab aura de la visite soit sur son parcours soit à l'arrivée :  soeur, frère et coureurs rencontrés sur les forums et les courses... Cela va lui faire plaisir. Pour nous ce sera dimanche sur l'étape Châteaubriant - St Georges/Loire.

     

    J + 3 : samedi 19 août

    Super journée, non pas par le temps réalisé : 8 h 41 min, soit 25 min de plus  que l'an passé, mais ça on s'en moque un peu, (il gère sa course différemment , il est prudent ) mais par toutes les rencontres faites sur le trajet.

    Il y a eu son frère qui l'attendait à Saint Aubin les Châteaux et qui l'a accompagné à vélo sur la fin de la course. Patate qui a couru avec lui ainsi que  les pompiers de Châteaubriant qui venaient à la rencontre de ............. (j'ai oublié son nom... snif!) et Did pour finir. Tout ça lui donné une pêche d'enfer apparemment. Tant mieux, car dans ce genre de course le moral est très important. D'ailleurs Fab s'inquiétait pour un coureur qui aujourd'hui n'avait pas trop la frite!

    Ce soir  les coureurs sont installés dans une petite salle de gym (le gymnase étant occupé par un mariage!) Visiblement ils sont un peu serrés...

    Notre conversation téléphonique fut un peu écourtée car il allait donner une "interview" en compagnie de Thierry Viaux à un journaliste de Presse Océan : ce sont les  régionaux de l'étape  !

     

    J + 4 : Dimanche 20 août

    Nous avons rejoint Fab sur la Transe Gaule vers 10 h 30 au ravitaillement de Freigné. Il était bien mais l'étape fut longue et difficile surtout sur la fin où nous l'avons vu souffrir. Mais la présence des siens l'a bien boosté et il a bien apprécié le soutien de son frère qui aujourd'hui aussi l'a accompagné en vélo sur les dix derniers kilomètres. Il a terminé cette étape en 9 h 04 min et 26 s et a franchi la ligne d'arrivée avec son fils Lorris.

    Au gymnase nous l'avons aidé dans ses taches ménagères (lessive, étendage du linge, préparation du couchage..) ainsi il a pu pour la première fois depuis le départ de Roscoff se reposer un peu et tenter de récupérer.

    Fab pense avoir payé aujourd'hui sa fin de course d'hier avec les pompiers où le rythme était soutenu. Demain l'étape sera plus courte (mais bien vallonnée) et il espère pouvoir récupérer davantage.

    Nous l'avons quitté ce soir et l'avons confié aux soins de Gourdoda (pour ceux qui connaissent). Ce dernier va donner un coup de main à l'organisation pendant quelques jours.

     

    J +5 : Lundi 21 août

    Oh que cette étape a dû lui sembler longue!  Elle avait pourtant bien démarré : Fab a pris des photos de son passage de la Loire à Chalonnes où nous avons vécu il y a quelques années, les douleurs de la veille ne l'ennuyaient pas plus que cela et puis...   Ce fut très diffcile : douleurs sur le dessus du pied (tendon du gros orteil et  tendon d'achille : demain il essaiera de courir sans ses bas de contention et en serrant moins la chaussure ! j'espère que cela lui apportera une amélioration ou tout du moins que cela n'empirera pas TROP!) et des problèmes intestinaux sont venus se greffer là-dessus ce qui n'a rien arrangé... Mais ce qui lui a cassé le moral c'est d'être doublé par une voiture dans laquelle il y avait Jacques qui venait d'abandonner... Ils se sont vus plus tard au ravitaillement et Fab est reparti cahin-caha jusqu'à Doué qu'il aura gagné en 6 h 59 min et 14 s, aidé en cela par Yvon et son accompagnateur vélo.

    Il n'avait pas trop le moral notre coureur ce soir !

    Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas sur la Transe Gaule !

    (J'ai mis quelques photos sur le blog.)

     

    J + 6 : mardi 22 août

    Ce fut une bonne étape : voilà les mots de Fab pour définir cette journée... Rien à voir avec hier! Super !

    Le moral est revenu, la douleur était gérable. Il a démarré la course tout doucement en marchant puis il s'est mis à trottiner tranquillement... C'est ainsi qu'il a franchi la ligne en 7 h 24 min 50 s. Demain il pense gérer l'étape (qu'il sent bien) de la même manière, par contre celle d'après-demain lui fait un peu peur.

    Aujourd'hui les coureurs ont emprunté la voie BONNOT (changement dans l'itinéraire envoyé à JB par Patrick Bonnot* Transe Gaulois 2005) : chemin serpentant entre les champs, c'est plus sympa que la nationale!

    Aujourd'hui Sigrid et Sébastiao ont abandonné : à  chaque fois cela fait de la peine à Fab qui a embrassé  ces compagnons de galère au ravitaillement suivant, surtout que ces deux là avaient fait route avec lui l'an passé.

    Ce qui l'a bien aidé hier soir fut de passer la soirée avec Damien (Gourdoda) : ils se sont fait une super pizza et ont discuté pendant plus d'une heure. De quoi ont-ils bien pu parler ? Devinez...

     

    J + 7 : mercredi 23 août

    Le mot pour ce soir est : impeccable !

    Mais l'étape fut longue d'autant plus qu'elle se court essentiellement sur des départementales et ce n'est pas ce qu'il y a de mieux la circulation automobile sur la Transe Gaule. Mais Fab a retrouvé le sourire quand il a vu à 6 km de l'arrivée Damien venir à sa rencontre et terminer l'étape avec lui : cela lui a fait très plaisir! Son pied s'est dégonflé, il ne court plus avec ses chaussettes de contention !

    Après une bonne douche d'eau froide au tuyau d'arrosage, il a passé sa fin d'après-midi à se reposer, à écrire quelques cartes postales et pense déjà à la Transe Gaule 2007... Si, si je vous l'assure :  il se disait tout en courant aujourd'hui que l'année prochaine il photographierait bien les différentes espèces de vaches rencontrées sur le parcours ! Pourquoi pas !

    Il a terminé par : Les Nirvana c'est le pied ! (Pour ceux qui ne le savent pas les Nirvana sont les chaussures avec lesquelles il court)

     

    J + 8 : jeudi 24 août

    Une belle et longue étape courue en 9 h et 04 min où le MP3 fut le bienvenu surtout à la fin. Fab a réussi à gérer puis à apprivoiser  la douleur revenue sur le dessus du pied et ses genoux le faisaient un peu souffrir en fin de parcours. Alors ce soir il  a mis un peu de glace sur tout ça.

    Damien (qui assure avec le camion ) les quitte demain. Il a pensé à Fab et lui a acheté des flans en prévision des kilomètres futurs : sympa !

    Les coureurs ont franchi aujourd'hui la mi-parcours soit le 575ème kilomètre.

     

    J + 9 : vendredi 25 août

    Un peu fatigué notre coureur ce soir. L'étape lui a paru longue avec la pluie comme compagne (elle est restée avec eux de La Souterraine jusqu' à 1 heure de l'arrivée), mais le moral est bon. Il n'a pas osé écouter de la musique mais il a fait un bout de course avec Romain et Daniel.

    Après 7 h 47 min et 02 s il a franchi la ligne d'arrivée en brandissant un panneau qu'il avait confectionné le matin. On pouvait y lire : "Merci Damien !" (Merci pour les flans que Fab a bien appréciés mais aussi et surtout merci d'être venu ! Pour le moral c'était important.)

    Pour l'étape de demain qui va être courte (50 km) Fab compte mettre 6 h ce qui lui permettrait de bien récupérer... Faudrait-il encore qu'il se repose en arrivant ! J'en doute !

     

    J + 10 : samedi 26 août

    Contrairement à l'année dernière la communication entre Peyrelevade et Rezé passe, on vient donc de recevoir des nouvelles de Fab qui, comme les jours passés, va bien et a fait une bonne étape en 6 h 16 min et 45s. Il a couru les 10 derniers kilomètres avec Roger Warenghem* qui était un de ses compagnons de route sur la TG 2005. Cet automne Roger va faire, avec Gérard Denis*, la traversée de l'Allemagne.

    Fab s'est un peu reposé depuis 13 h 30 (heure d'arrivée), il a surtout re, re, re, refait sa valise. (je ne compte plus le nombre de fois où il a tout sorti pour tout ranger, il n'a pas fait ça tous les jours avant le départ de Roscoff mais presque....) Sebastiao (qui suit la course) a retrouvé sa chaise d'arbitre sur laquelle il a trôné l'an passé sur la même étape!

    Ce soir, c'est soirée traiteur, très bon repas en perspective : 5 étoiles au guide de la Transe Gaule.

    Demain l'étape sera longue (75 km) dont une fin de 14 km de descente... C'est dans cette portion de route que Fab l'an passé avait "achevé" ses releveurs. Il ne va pas l'aborder de la même manière, il ne fait pas de prévisions et gèrera en fonction de ses sensations.

     

    J + 11 : Dimanche 27 août

    Oh que cette étape fut longue !  Mais heureusement Fab fut, aujourd'hui aussi, accompagné par Roger à partir du 20ème kilomètre. Ils ont pu discuter et cela fait passer les kilomètres plus vite surtout qu'ils n'ont vu aucun coureur de toute la journée. Fab lui en est très reconnaissant ainsi qu'à Florence (son épouse) qui les a suivis et qui est allée lui acheter son repas pour ce soir! Ne pas à avoir l'intendance à gérer en arrivant quand on est très, très fatigué c'est vraiment bien! Il baillait au téléphone notre coureur ce soir  et n'avait qu'une envie : manger et dormir !

    Demain il trouvera son linge bien sec car la responsable de la salle le voyant avec son fil à linge a eu pitié de lui et de quelques autres et leur a ouvert la chaudière... Sympa madame !

    Le moral est au beau fixe.Les releveurs ne le font pas souffrir, il n'a que les douleurs normales d'un  gars qui vient de passer  plus de 10 heures sur la route.

     

    J + 12 : Lundi 28 août

    Ce sera un petit commentaire ce soir car la communication avec Aurillac fut très hachée (problème de réseau) Fab est arrivé aprsè 8 h 36 min 26 s, bien bien trempé mais en bonne forme. Un quadriceps douloureux sur la fin mais il a été très prudent, il se souvenait que c'était sur cette étape que l'an passé il était allé consulter un médecin et n'avait pas du tout l'intention d'y retourner ce soir. Son seul regret est de ne pas avoir profité du paysage grandiose qu'offre cette étape. (Ce sera pour l'année prochaine!) Il est très confiant pour demain et espère que le soleil sera au rendez-vous ce qui lui évitera d'arriver comme aujourd'hui avec les chaussettes si trempées que ses doigts de pied étaient ridés comme à la sortie d'un bain!

     

    J + 13 : Mardi 29 août

    Aujourd'hui Fab s'est fait plaisir : c'est la première fois qu'il le dit depuis le début je crois. Il savoure sa forme et se revoit au même endroit l'année dernière et je pense que ceci explique cela...

    Sébastiao les quitte demain. Ils vont perdre leur kiné !

    Fab est allé acheter un gâteau d'anniversaire pour Hartmut mais au lieu d'y mettre les bougies correspondant à son âge il lui a mis celles de son dossard : 37 !

    Nous avons laissé un coureur bien dans sa tête ce soir qui rêve déjà à sa deuxième étoile.....

     

    J + 14 : Mercredi 30 août

    Fab a eu beaucoup de plaisir en courant aujourd'hui. Et c'est  sûrement avec un très grand sourire qu'il a franchi la ligne d'arrivée en 6 h 46 min (soit 1 h et 10 min de moins que l'an passé) en 7 ème position. Il a couru en 8,2 km/h de moyenne. Comme il dit : "Aujourd'hui j'ai gagné mon étape !" Nous sommes tous très contents pour lui.

    Dès le départ, sous la brume matinale,  il a pris un bon rythme et au fil des kilomètres il s'est senti vraiment très bien... Il avait de bonnes sensations. Alors il s'est vissé son MP3 sur les oreilles et a parcouru le reste de l'étape sous le soleil en admirant le paysage. Il a couru un moment en compagnie d'un héron (enfin il pense que c'est un truc comme ça!) et lui a dit : "Tu vois on est pareil, toi tu as un grand bec et des longues pattes et moi j'ai une grande gueule (et oui parfois !) et des longues jambes !"

    S'il se met à faire de la "poésie" en courant c'est que tout va!

    Pour l'étape de demain, il veut rester prudent et gèrera en fonction de ses sensations!

    Nous, on espère qu'une chose c'est qu'il passe cette journée comme celle d'aujourd'hui !

     

    J + 15 : Jeudi 31 août

    L'étape de ce jour fut comme celle d'hier : mêmes sensations et même plaisir... Il a mis 6 h 17 min soit 2 heures de moins que l'an passé. Le début de la matinée fut  froid mais ils ont assisté à un magnifique lever de soleil, la journée fut donc belle et même chaude sur la fin.

    Ce soir, les coureurs sont invités par les pompiers de la ville à boire un pot.

    L'étape de demain sera longue et diffcile,  4 sommets les attendent mais Fab est confiant. De toute façon il nous a dit ce soir qu'il ne voulait pas rentrer... Sympa non? Cours donc mais attention au bout il y a la Méditerranée ! Heureusement, cela va l'arrêter, enfin j'espère !

     

    J +16 : Vendredi 1er septembre

    A nouveau une belle étape qui  voit arriver Fab en 7ème position comme l'autre jour. Il a franchi la ligne d'arrivée en 8 h 11 min soit 1 h 33 min de moins que l'an passé. Ce soir il a déjà cumulé 135 h 53 min de course depuis son départ de Roscoff et il fait 18 min de mieux que sur la TG 2005.

    Demain le réveil sonnera à 3 h 00 car le départ de la dernière étape sera donné à 4 h 30. Donc ce soir Fab allait manger et se coucher de bonne heure.

    Nous lui souhaitons bonne route pour demain...

     

    J + 17 : Samedi 2 septembre

    Voilà Fab vient de franchir la ligne d'arrivée en 8ème position et surtout en 1 heure de moins que l'an dernier et avec un peu moins de bobos. (Il va pouvoir reprendre son travail lundi sans trop boitiller.)

    Il vient de gagner cette fameuse deuxième étoile dont il rêvait depuis quasiment un an...  D'ailleurs JB lui en a dessiné une au feutre sur le bras.

    Fab a trouvé l'étape difficile mais c'est parce qu'il s'est accroché dès le départ aux premiers du classement et ce pendant  4 km, cela allait donc vite. Mais il nous a tout de même dit que c'était mieux que l'an passé.

    Voilà mon travail de secrétaire s'arrête là, je reprendrai peut être la plume l'année prochaine car il fait partie des 8 de la TG 2006 qui déjà sont prêts à repartir en 2007.

     

    Mardi 5 septembre : J+20, allongé sur mon lit, le portable sur le ventre.

    Je suis rentré dimanche par le train, et à cause de la fatigue accumulée et du relâchement physique qui suit ce genre d'épreuve, je me suis déplacé 3 vertèbres lombaires à porter ma valise (j'ai dû la manipuler une dizaine de fois, entre le moment où j'ai quitté le gymnase de Gruissan et celui où je suis rentré chez moi). Le trajet a duré une dizaine d'heures, avec deux changements de trains (à Toulouse puis à Bordeaux), et comme je suis grand (1,90m) et que les trains "Corail" ne sont pas très confortables, j'ai eu un voyage de retour assez désagréable. De plus, il fallait changer de quai et se "payer" les escaliers (à Toulouse par exemple).

    Je suis allé travailler lundi comme prévu, mais j'ai dû prendre un rendez-vous entre midi et deux en urgence chez mon ostéopathe : il m'a remis les vertèbres en place. Sur le coup, ça soulage, mais dans l'après-midi, au travail, j'ai de nouveau ressenti de vives douleurs de type "sciatique". Malgré des antalgiques, la douleur persistait sauf en position assise ou couchée.

    Ce matin, je suis retourné bosser à pied (à 300m), et j'ai galéré, comme les copains blessés sur la TG. J'ai repris rendez-vous en urgence pour la fin d'après-midi chez l'ostéo, et il m'a redébloqué les vertèbres. Il m'a conseillé de profiter de mon jour de congé (demain mercredi) pour rester allongé. Moi qui pensais reprendre tranquillement la course à pied, c'est remis à la semaine prochaine (j'espère).

    Voilà pour les nouvelles. Le moral est excellent, le physique subit le contre-coup.

    En tout cas, j'ai vécu une course sympa, avec des gens sympas, mais qu'est-ce que ça a passé vite ! J'ai hâte de recommencer l'entraînement qui va m'amener à essayer de conquérir ma troisième étoile.

    Plus que 343 jours environ à attendre !

    Mardi 12 septembre.

    Toujours pas repris à courir, en raison de ma lombalgie qui commence à guérir. Mais je ne suis pas en manque de course. Peut-être irai-je demain faire une sortie à vélo afin de solliciter les fonctions cardio-vasculaires, et qui sait, essaierai-je de trottiner un petit peu pour tester les sensations et les limites du retour de la gêne. Si la météo n'est pas trop à la pluie bien entendu. Sinon, mon emploi du temps en ce début d'année scolaire est bien chargé et je ne peux que faire des apparitions brêves sur mon blog ou sur les forums. Je vais bientôt me rattraper !

    à J-336, à+Fab**

     


    22 commentaires
  • Alors que nous venons de passer à moins de 100 jours du départ de ce qui fera de moi - j'espère - un "Gaulois bi-étoilé", la préparation à cette épopée bat son plein.

    De toute façon, j'y pense tous les jours, et ce depuis l'arrivée de l'édition 2005. Tous mes faits et gestes sont orientés vers cette course. A chaque fois que je prévois de faire quelque chose, que ce soit au niveau familial, au niveau professionnel, ou financier, j'ai en ligne de mire le 16 Août 2006. J'ai hâte d'y être, tout en sachant bien que les jours qui me séparent du départ vont être longs, et que la course va passer très vite, trop vite, même si elle est ponctuée de moments de souffrances et de solitude.

    A la même époque, l'année dernière, je m'étais déjà "orienté" l'esprit vers ce quelque chose qui m'effrayait, qui me fascinait et que j'allais découvrir, mais sans doute pas autant que cette année alors que je le connais. C'est une aventure qui, il faut le reconnaître, prend beaucoup sur mon entourage : du temps, de la patience, des non-dits, des moments d'absences (dans les pensées bien sûr, mais aussi en raison du temps que me prend l'entraînement), des inquiétudes (des autres à mon sujet : "Est-il devenu "autiste" ? Pourquoi ne vient-il pas plus souvent nous voir?" ...  ou personnelles : "Serai-je prêt physiquement ? Ne va-t-il pas y avoir un impondérable qui va m'empêcher d'y aller ?" etc...).

    Je vais essayer de prendre sur moi pour me libérer l'esprit. Nous sommes à trois mois du rendez-vous au pied du phare de Roscoff, il y a tellement de moments de bonheur à vivre avant et à déguster sans modération que cela devrait m'aider à y arriver.

    En attendant de donner des précisions sur la course elle-même (en joignant des liens vers des sites spécialisés), cet article me servira à indiquer les différents états psychologiques et physiques dans lesquels je vais me trouver d'ici le départ.

    A J-94 (dimanche 14 mai), le physique est en progrès, le moral au beau fixe. N'oublions pas que dans 13 jours il y a les 24 heures de Séné. Cela m'indiquera déjà si je vais être capable de courir longtemps sans bobos.

    A J-87 (dimanche 21 mai), et à J-5 des 24 heures de Séné, le physique va, mais des petits tracas d'ordre médicaux dans ma famille sont venus ternir quelque peu mon enthousiasme.

    A J-69 (jeudi 8 juin), après une quinzaine à "digérer" ma non-participation aux 24 heures de Séné, et surtout la cause de ce forfait (le décès de ma mère), le moral et le physique vont mieux. J'ai décidé de participer aux 100km du Loire-Béconnais, histoire de voir où j'en suis tant au niveau de l'entraînement qu'au niveau de la volonté d'aller au bout d'une compétition. Cela fait trois mois que les petits pépins physiques ont perturbé mes préparations et compétitions. Je ne sais pas si physiquement je serai capable "d'arracher le résultat", comme on dit en sport co, sur ce 100km, mais mentalement cela fera partie du travail préalable pour me lancer sur la Transe Gaule V en août.

    A J-54 (vendredi 23 juin), je pense avoir bien récupéré de mon 100km (CF compte-rendu : http://fabcentkm.oldiblog.com/?page=articles&rub=39366 ) du week-end précédent. Je participe au semi du May sur Evre dimanche prochain, juste pour rencontrer des amis du forum, et partager un peu  cette convivialité que notre sport génère.

    A J-50, JBJ, l'organisateur de la Transe Gaule, comptabilise 36 coureurs dont 5 femmes. 8 pays de représentés, dont le Brésil (de Sebastião) qu'on va rencontrer en quarts de finale de la Coupe du Monde samedi prochain. De bon augure pour la suite: il y a des anglais (pour les 1/2) puis des Allemands pour la finale du 9/07 ! Au niveau de l'entraînement, le cap va être mis vers cette course en deux  ou trois temps : récup avec endurance; redéveloppement de la VMA et du seuil; travail sur le long-lent (LSD low slow distance).

    A J-45, la France a battu (hier) le Brésil, et j'ai eu un petit message de Sebastião, qui nous encourage à gagner la Coupe du Monde maintenant. Il faut quand même d'abord sortir le Portugal qui n'est pas évident à jouer. Au niveau de l'entraînement, les grosses chaleurs de ces dernières semaines permettent de s'entraîner à gérer des situations que l'on peut rencontrer sur la TG : hydratation fréquente, recherche d'ombre, rythme de course diminué, coups de soleil... Quand je pense à tous les coureurs engagés sur le Tour du Golfe du Morbihan : ce qu'ils ont dû souffrir de la chaleur, et ce, même en pleine nuit !  

    A J-13, 20 heures. Un mois a passé depuis ma dernière intervention : j'étais en vacances loin de mon PC. Depuis que je suis rentré, je me prépare : pour la Nième fois, j'ai vérifié si mon matériel tient dans le sac et la valise que je vais emporter à Roscoff. J'ai acheté une nouvelle paire de running (des Mizuno Nirvana 2, en solde) qui feront sans doute une étape sur deux, en alternance avec les New Balance 1050. Pour l'entraînement, sans doute dernière séance de VMA aujourd'hui : 8 x 150m, juste pour redonner un peu de peps au corps; ça s'est bien passé, d'autant plus que ces séries suivaient un petit test d'allures afin de situer la vitesse et la FC correspondante à différentes cadences. La FC était un peu haute par rapport à d'habitude (+ 5 à 10 BPM) mais sans importance, le plus gros de l'entraînement est passé, le reste n'est que de l'habillage et de la récup pour ne pas arriver "cramé" au départ à Roscoff.

    A J-10, dimanche soir. Après une Nième vérification des bagages, j'ai encore dû  retirer des éléments de tout mon barda, afin que ce dernier puisse ne pas être ni trop lourd ni trop encombrant. Ce sont des affaires que je n'aurais sans doute pas mises ou utilisées. De toute façon, si quelque chose vient à me manquer, Pascale, ma femme, qui vient me voir sur l'étape 5, pourra me l'apporter. Le seul problème est de savoir si j'emporte ou non mon ordinateur portable : c'est bien utile, après l'étape de pouvoir taper son CR, sans attendre d'être revenu de ce long voyage. De plus, il me permettrait de vider mon appareil photo et de transférer mes prises sur le PC. Il me reste 10 jours pour me décider. Je peux commencer avec, et le donner à Pascale le 20 si je vois qu'il ne m'est pas de grande utilité.

    A J-2, dernier footing ce matin, pour l'hygiène comme on dit, et pour évacuer la "pression" qui monte peu à peu. Tout est prêt, reste plus qu'à éteindre l'ordinateur et à le mettre dans le paquetage. C'est demain midi qu'on prend la route vers Roscoff, avec Daniel Muller**** et Romain Valle*, pilotés par la femme de ce dernier. Tous les bagages tiendront-ils dans la voiture ? C'est le seul problème qu'on résoudra sur le moment. Peut-être une dernière impression demain matin... sinon, des nouvelles à mon retour.

    J-1, dans une heure je rejoins les copains pour nous rendre à Roscoff; Journée "chargée" dans tous les sens du terme : la voiture !!!, les routes avec sans doute quelques retours, puis, en fin d'après-midi,  l'installation au gymnase, les retrouvailles avec les connaissances, le briefing, le repas, la préparation des affaires pour la 1ère étape de demain et le dodo.

    à+Fab*


    1 commentaire
  • Etape N°18.

    Samedi 2 septembre 2006

    Saint-Pons de Thomières Gruissan-Plage 72km, cumul = 1144km dénivelé = 520m

     Samedi 2 Septembre 2006

    (18a)   St-Pons de Thomières

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p>Col de Ste Colombe</o:p>

    <o:p><o:p>(18b) Rieussec</o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p>(18c)  Aigues-Vives</o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p>(18d)  Cabezac</o:p></o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p><o:p>(18 e) Sallèles d’Aude</o:p></o:p></o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p>(18f) Narbonne</o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p>Camping les Mimosas</o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p>(18g)  Gruissan</o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p>(18h)  Gruissan-Plage :arrivée</o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p>Classement de l'étape : 8ème/27</o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p>Classement général final :15ème/27 en 144h07'07"(pour 1144km chronométrés)</o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p> 

    <o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p> 

    Heures

    4h57

    6h04

     

     

     

    7h44

     

    8h38

     

    9h27

     

    11h01

     

    11h57

     

    12h51

     

    13h11

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Temps

     

    1h07'

     

    2h47'

    3h41'

    4h30'

    6h04'

    7h00'

    7h54'

    8h13'54"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Moyenne

     de l'étape :

    8,747 km/h

    Moyenne

    générale

    finale :

    7,938 km/h 

     

     km

    0

    10

    13

    27

    34

    42

    54

    62

    69

    72

     

     

     

     

     

    Tenue : short rouge, TS "run" rouge et gris + Nirvana N°3 + camel bag.

    Analyse des Fc:

    moyenne 120 maxi 136 [5476 Kcal]

    136>15'>131>2h29'>123>4h14'>114>1h16'

    Différences avec 2005 : - 1h13'57" soit un gain de temps de 1h30'00". Pour 1km de plus ! [1144 au lieu de 1143]


    votre commentaire
  • Etape N°17

     Vendredi 1er Septembre 2006

    Saint-Sernin sur Rance Saint-Pons de Thomières 70km : cumul = 1072 km dénivelé = +1350m

     Vendredi 1er Septembre 2006

    (17a)  Saint-Sernin sur Rance 

    (17b) Poustomy

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p>(17c) Col de Peyronnenc</o:p>

    <o:p>(17d) Col de Sié</o:p>

    <o:p></o:p><o:p>(17e) Lacaune</o:p>

    <o:p></o:p><o:p><o:p>(17f) Col du Picotalen</o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p>(17g) La Salvetat-sur-A</o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p></o:p></o:p></o:p><o:p><o:p><o:p>(17h) Col de la Baraque</o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p>(17i) Col du Cabaretou</o:p></o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p>(17j) St-Pons de Thomières</o:p></o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p>Classement de l’étape : 7ème/27

    Classement général : 15ème/27 en 135h53'13"(1072km)

    </o:p></o:p></o:p></o:p>

     Heures

    6h26

    6h57

    8h17

    9h25

    9h40

    10h16

    11h58

    12h58

    13h34

    14h37

     

     

     

     Temps

     

    0h31'

    1h51'

    2h59'

    3h14'

    3h50'

    5h32'

    6h32'

    7h08'

    8h11'12"

     

     

     

     

     

     

     

     

     Moyenne

    de l'étape

    8,550 km/h

    km 

    0

    4

    15,5

    26

    28

    32

    47

    55

    59

    70

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Etape N°16

     Jeudi 31 Août 2006

    Cassagnes - Begonhès Saint-Sernin sur Rance  54km : cumul = 1002km. dénivelé = +885m

     Jeudi 31 août 2006

    (16a) Cassagnes-Bégonhès

    (16b)  La Selve

    (16c)  Réquista

    (16d)   Lincou

    (16 e)  Plaisance

    Passage du 1000ème  kilomètre

    (16f)  Balaguier-sur-Rance

    (16g) Saint-Sernin sur Rance

    Classement de l’étape : 9ème/27

    Classement général : 15ème/27 en

    127h42'01"(1002km) 

     Heures

    6h46

    7h39

    9h00

    9h39

    11h53

    nc

    12h40

    13h04

     

     

     

     Temps

     

    0h53'

    2h14'

    2h53'

    5h07'

    nc

    5h54'

    6h17'46"

     

     

     

     

     

     

     

    Moyenne

    de l'étape

    8,577 km/h

     

     km

    0

    8

    19

    25

    44

    46

    50

    54

     

     

     

    Tenue : short rouge, TS "run" rouge et gris, Mizuno Nirvana N°3, camel bag.

    Météo : frais et soleil.

    Analyse des FC :

    Moyenne 119, maxi 146 [4157 Kcal]

    146>3'>140>46'>131>1h22'>123>2h22'>114>1h45'

    Différence avec l'an dernier : le retard fond encore, j'ai gagné près de 2 heures sur le temps de l'an dernier. - 1h59'43" soit un retard cumulé de + 1h17'04" .


    votre commentaire
  • Etape N°15

    Mercredi 30 Août 2006 Saint-Cyprien sur Dourdou  Cassagnes - Begonhès  56km : cumul = 948km. dénivelé = +860m

     Mercredi 30 Août 2006

    (15a) Saint-Cyprien sur Dourdou 

    (15b) Nauviale

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p>(15c) Marcillac</o:p>

    <o:p><o:p>

    (15d) Pont-les-Buis

     

    <o:p>(15e) Salles-la-Source</o:p>

    <o:p></o:p> 

    <o:p></o:p><o:p>(15f) Onet-le-Château</o:p>

    <o:p></o:p> 

    <o:p>(15g) Rodez</o:p>

    <o:p></o:p> 

    <o:p>(15h) Le Monastère</o:p>

    <o:p></o:p> 

    <o:p>(15i) La Chapelle-St-Martin</o:p>

    <o:p></o:p> 

    <o:p>Pont de Grandfuel</o:p>

    <o:p></o:p> 

    <o:p>

    (15j) Cassagnes-Bégonhès

     

    <o:p>Classement de l’étape : 7ème/27</o:p>

    <o:p></o:p> 

    <o:p>Classement général : 15ème/27 en 121h24'15"(948 km)</o:p>

    </o:p>
    </o:p>
    </o:p>

     Heures

    6h39

    7h07

    7h52

    8h23

    8h47

    9h56

    9h59

    10h25

    11h30

    12h38

    13h25

     

     

     

    Temps 

     

    0h28'

    1h13'

    1h44'

    2h08'

    3h17'

    3h20'

    3h46'

    4h51'

    5h59'

    6h46'14"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    moyenne

    de l'étape

    8,271 km/h

    moyenne

    générale

    7,809 km/h

     km

    0

    4

    10

    15

    17

    27

    28

    30

    39

    49,5

    56

     

     

     

    Tenue : short noir, TS "run" jaune, Mizuno Nirvana N°3, camel bag.

    Météo : beau et frais au début, un peu chaud vers midi et jusqu'à l'arrivée.

    Analyse des FC :

    moyenne 120, maxi 149 (sauf 3' à 190 maxi <= tachycardie)[4488 Kcal]

    190>3'>149>30'>140>1h04'>131>1h07'>123>1h30'>114>2h32'

    Différence avec l'an dernier : j'ai regagné 1h09'32" , soit un retard (qui fond encore) de + 3h16'47" .


    votre commentaire
  • Etape N°14

    Mardi 29 Août Aurillac Saint-Cyprien sur Dourdou  61km : cumul = 892km

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p>dénivelé =+615m</o:p>

     Mardi 29 Août 2006

    (14a) Aurillac

    (14b) Arpajon sur Cère

    <o:p>(14c) Lafeuillade en Vézie</o:p>

    <o:p><o:p>(14d) Lacapelle del Fraisse</o:p></o:p>

    <o:p><o:p>(14 e) Cassaniouze<o:p></o:p></o:p>

    </o:p><o:p>(14f) Grand-Vabre</o:p>

    <o:p><o:p>(14g) Conques-Faubourg</o:p></o:p>

    <o:p><o:p>(14h) St Cyprien sur Dourdou </o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p>Classement de l’étape : 10ème/27</o:p></o:p>

    <o:p><o:p>Classement général : 15ème/27 en 114h38'01"(892km)</o:p></o:p></o:p></o:p><o:p><o:p>            </o:p></o:p>

     Heures

    6h44

    7h17

    9h18

    9h37

    11h09

    12h37

    13h21

    14h17

     

     

     

     Temps

     

    0h33'

    2h34'

    2h53'

    4h25'

    5h53'

    6h37'

    7h33'32"

     

     

     

     

     

     

     Moyenne

    de l'étape

    8,070km/h

     km

    0

    4

    20

    23

    35

    48

    53

    61

     

     

     

    Tenue : short rouge, TS "run" rouge et gris, New Balance 1050 N°2.

    Météo : frais avec éclaircies, et un peu de pluie.

    J'ai décidé de monter les côtes à mon rythme et de profiter des descentes pour dérouler et ne plus "freiner". Fin d'étape avec Romain Valle*. Longue dernière partie après GrandVabre.

    Analyse des FC :

    Moyenne 111, maxi 131 [4375 Kcal]

    131>14'>123>2h54'>114>4h26'

    Différence par rapport à l'an dernier : - 34'45" soit un cumul de retard de + 4h26'19" (il commence à fondre !)


    votre commentaire
  • Etape N°13

    Lundi 28 Août 2006

    Mauriac Aurillac 64km : cumul = 831km dénivelé=+1100m

     Lundi 28 Août 2006

    (13a) Mauriac

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p>(13b)Anglards-de-Salers</o:p>

    <o:p>

    (13c)  Salers

    <o:p></o:p> 

    <o:p>(13d) Fontanges</o:p>

    <o:p><o:p></o:p></o:p> 

    <o:p><o:p>Col de St Georges</o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p></o:p></o:p></o:p> 

    <o:p><o:p><o:p>Col de Legal</o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p></o:p></o:p></o:p> 

    <o:p><o:p><o:p></o:p></o:p></o:p><o:p><o:p><o:p><o:p>Col de Bruel</o:p></o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p></o:p></o:p></o:p></o:p> 

    <o:p><o:p><o:p><o:p>Col de la Croix de Cheules</o:p></o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p></o:p></o:p></o:p></o:p> 

    <o:p><o:p><o:p><o:p></o:p></o:p></o:p></o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p>(13 e) Aurillac </o:p></o:p></o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p><o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p> 

    <o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p>Classement de l’étape : 12ème/27</o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p> 

    <o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p>Classement général : 16ème/27 en 107h04'29" (831km)    </o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p>

    <o:p><o:p><o:p><o:p><o:p><o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p></o:p> <o:p><o:p><o:p><o:p><o:p>

    </o:p>
    </o:p></o:p></o:p></o:p></o:p>

     Heures

    6h41

    7h45

    9h13

    9h58

    11h02

    11h56

    12h30

    13h12

    15h17

     

     

     

     Temps

     

    1h04'

    2h32'

    3h17'

    4h21'

    5h15'

    5h49'

    6h31'

    8h36'26"

     

     

     

     

     

     

     

     Moyenne

    de l'étape

    7,436 km/h

     km

    0

    8

    19

    25

    32

    38

    43

    49

    64

     

     

     

    Tenue : short noir, TS "run" noir, Mizuno Nirvana N°3, poncho.

    Météo : pluie !

    Analyse des FC :

    moyenne 110, maxi 141 [4869 Kcal]

    141>7'>131>47'>123>1h54'>114>5h48'

    Différence avec l'an dernier : + 23'18" , soit un cumul de retard de + 5h01'04" .


    votre commentaire
  • Etape N°12

    Dimanche 27 Août 2006 Peyrelevade Mauriac 75km, cumul :767km dénivelé = +1010m

     Dimanche 27 Août 2006

    (12a) Peyrelevade

    (12b) Millevaches

    (12c) Meymac

    (12d) Combressol

    (12 e) Palisse

    (12f) Neuvic

    Département du Cantal

    (12g) Mauriac

    Classement de l’étape : 15ème/28

    Classement général : 16ème/28 en 98h28'03"(767km)

     Heures

    6h39

    7h49

    9h22

    10h37

    11h54

    13h08

    15h03

    16h47

     

     

     Temps

     

    1h10'

    2h43'

    3h58'

    5h15'

    6h29'

    8h24'

    10h07'45"

     

     

     

     

     

     

    moyenne

    de l'étape

    7,404 km/h

     km

    0

    9

    22

    31

    41

    49

    64

    75

     

     

    Tenue : short rouge, TS "run" gris rouge, Mizuno Nirvana N°3, camel bag.

    Pluie au départ, puis temps gris et frais suivi d'éclaircies sur la fin.

    Couru les 55 derniers km accompagné de Roger Warenghem* et de temps en temps ravitaillé par Florence, sa femme.

    Analyse des FC:

    moyenne 110, maxi 134 [5711 Kcal]

    134>1'>131>26'>123>3H01'>114>6h40'

    Différence d'avec l'an dernier : + 1h09'46" soit un retard cumulé de : + 4h37'46".[ 98h28'03" en 2006, contre  93h50'17" en 2005]


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique