• Journal de bord 2013 : Jour 84 à 126

    2013 Jour 84

    Encore 4 semaines d’entraînement avant l’objectif principal de ma préparation printanière, les 24 heures de Rennes. J’ai pu vérifier ce soir que ma vitesse de footing avait bien augmenté depuis quelques semaines. J’ai pris un itinéraire que j’aime bien et sur lequel j’ai des repères. Ce soir, j’ai mis 1h21’ pour faire les 13,6km de ce parcours dont les trois quarts sont sur chemins. Cette allure il y a quelques temps encore m’était difficile à suivre tout en restant bas en fréquence cardiaque. Là, je sens que j’ai de la réserve derrière et que cette allure est celle où il n’y a ni peine, ni gêne, ni essoufflement, bref que du bien être. De plus, la météo était de la partie, ciel couvert certes, mais température pas encore en baisse. Le printemps ne s’est pas vraiment installé, les prochains jours vont voir la température à nouveau baisser. Les gants et bonnets ne sont pas encore à ranger au placard.

    Demain soir, séance sur piste avec de la VMA longue : 8x800 ou 6x1000, je verrai ça le moment venu.

     

    2013 Jour 85

    VMA Longue 8x800m récup 1’20s, voilà le menu de la séance sur piste de ce soir.

    Le temps était frais, renforcé par le vent soutenu, mais j’ai fractionné sans le coupe-vent. Les sensations ont été bonnes et je n’ai pas souffert. Je suis allé un peu plus vite que prévu, en faisant mes 800m entre 3’34 et 3’25 (moyenne 3’28s ; en détail ça a donné : 3'34"/3'31"/3'30"/3'26"/3'27"/3'25"/3'26"/3'25"). Le temps cible était compris entre 3’40 à 3’36, donc en moyenne j’ai gagné 10s. Je suis monté assez rapidement en fréquence cardiaque, 162, 164 et 168 de maximum pour les trois premières répétitions et par la suite, j’ai stagné entre 161 et 165 de maximum.

    Demain je dois réussir à caser une petite sortie de récupération le matin parce que le reste de la journée va être très dense, entre le travail et les entraînements des jeunes.

     

    2013 Jour 86

    Ce matin, je suis retourné courir dans un coin où il y avait un moment que j’avais mis mes running. La faute à des chemins plus qu’impraticables car inondés et boueux à souhait pour qui veut flinguer ses chaussures. Aujourd’hui, ces chemins n’étaient pas secs, mais il y avait la place pour passer sans trop souiller sa tenue. Je me suis donc risqué à les suivre et j’ai bien fait parce qu’après j’ai pu rejoindre une petite zone de campagne bien calme où j’ai déroulé tranquillement afin de récupérer de la séance d’hier sur piste. 1h12’ pour 12km et de bonnes sensations, ce genre de footing, je ne le raterais pour rien, c’est comme un bon film ou un bon repas, ça se déguste, et moi, il me faut ma dose quotidienne sinon ça ne va pas. De plus, la météo n’était pas mauvaise, 4°, pas ou peu de vent, malgré un ciel gris, cela ne ressemblait en rien aux prévisions alarmistes de ce week-end. D’ailleurs, la journée dans sa globalité ne fut pas si désagréable que ça, les 4 heures passées après le travail, cet après-midi et ce soir, en plein air pour l’entraînement de mes jeunes ne m’ont pas trop refroidi.

    Demain soir, piste, 4x1500m en 7’ maxi.

     

    2013 Jour 87 à Jour 94

    Quelle semaine de folie ! Je n’ai pas vraiment eu une minute à moi pour rédiger mon CR quotidien depuis jeudi dernier. J’ai été submergé de travail en raison d’un changement de poste et j’ai dû composer avec un nouvel emploi du temps qui ne me laissait que très peu de temps pour moi. J’ai réussi néanmoins à courir tous les jours, ça, c’est primordial, et entre deux footings, je devais assurer mon travail et le reste du temps était consacré à ma famille.

    La séance de piste du Jour 87 s’est transformée en séance de rythme sur route. J’ai conservé les « environ » 4x1500m et j’ai tenté de les faire à la même vitesse que si j’avais été sur la piste. Raté, les côtes et le vent ajoutés à la circulation automobile m’ont un peu perturbé d’autant plus que j’avais la tête plus au boulot qu’à l’entraînement. 1h09’ pour 12km avec des 1500m courus entre 11,9 et 12,7km/h. Pas de quoi être satisfait, mais le cardio n’a pas trop fumé, se contentant d’un petit 150 maxi.

    Le 88ème jour, j’ai casé ma séance de récupération entre midi et deux, sous la pluie, 6200m pour 35’ de footing. Cela m’a bien détendu et m’a offert une petite pause mentale bien agréable quand même.

    Le soir même, après le travail, départ pour la Sologne où il était prévu une réunion de famille. J’ai pu faire trois sorties.

    La première – Jour 89 – de 52’ et 9,1km le long du Beuvron. Bien sympa malgré l’humidité ambiante et le manque de luminosité des forêts environnantes : le soleil était caché par de lourds nuages.

    Le lendemain, Jour 90, au lieu d’aller ramasser les œufs de Pâques dans les environs, j’ai pris la direction du Château de Cheverny, là où le week-end suivant (après demain) aura lieu le marathon éponyme. Le soleil était là, le vent frais, froid même, était son invité. Les gants et tout le matos hivernal était de sortie, bonne idée d’y avoir pensé. Pas de soucis pour suivre la route, les pistes cyclables ou itinéraires pour les cyclistes étaient bien balisés. 1h15’ à peine et 12,8km pour cette découverte de la région. Un petit bonjour à la bâtisse qui a inspiré Hergé pour dessiner Moulinsart et je suis reparti vers le gîte où j’étais hébergé.

    Jour 91, toujours la Sologne, mais cette fois en direction du Château de Chambord que je suis pas allé rejoindre car trop lointain de mon lieu d’hébergement, mais j’ai pu en voir un autre, celui de Villesavin, à Tour en Sologne. 14,4km dont l’aller face au vent froid et le retour poussé par Eole. 1h23’30 sur du billard sans beaucoup de véhicules, lundi de Pâques oblige.

    De retour chez moi le 92ème jour, mardi, j’ai pu aller refaire de la piste, une petite séance de 3x2000m que j’ai bien appréciée malgré le temps encore et toujours hivernal : froid, vent, risques de pluie, j’ai couru 1h15’ pour 13,6km et mes 2000m ont été bouclés respectivement en 9’05, 8’55 et 8’51. Assez réguliers, avec une montée dans les tours jusqu’à 162, pour 85% de ma VMA.

    Jour 93, pas possible de courir le matin, travail oblige, ni l’après-midi pour les mêmes raisons, alors « séance du soir, bonsoir ». 1h20 et encore 13,6km, sur des chemins assez abrités du vent et donc du froid, ma petite séance que j’aime bien faire quand j’ai la tête pleine de trucs qui ne vont pas dans le bon sens. Je cours, je ferme le cerveau à toute tentative d’intrusion de mauvaises pensées et revis des épisodes de mes courses à étapes, je revois les paysages, retrouve les sensations de bien être.

    Jour 94, c’était hier, et j’ai souhaité « décalaminer le pot » sans risquer de pèter un joint de culasse : VMA courte sur 10x300m avec la récup calculée pour être au moment où le vent est de face. J’ai bien déroulé et j’ai enchaîné les séries entre 1’13 et 1’09. Bien sympa. Le cœur est monté à 162 au plus fort de la séance. C’est bon.

    Jour 95. Aujourd’hui, ce soir même, juste avant d’enfin trouver le temps de mettre à jour mes CR journaliers, je suis allé tester mes sensations dans la nuit autour de mon quartier : 46’ et 7,5km. Les 24h approchent et il faut que j’emmagasine de la fraîcheur et de la confiance en ce que je vais tenter de suivre comme tactique.

    Demain matin, normalement, 1h30 devraient suffire, avant que je n’aille passer tout l’après-midi à coacher mes benjamins sur leur triathlon : ça va cailler je le sens, on verra.

     

    2013 Jour 96

    Deux semaines, une éternité pour moi, que je n’avais pris ce chemin. Quel bonheur ! Je suis parti pour une balade de 90’ par un temps froid et venteux, mais je n’en ressentais pas les effets dès le début parce que vite réchauffé par un tempo de croisière soutenu après quelques hectomètres de mise en train. Le paysage n’a pas beaucoup évolué depuis 15 jours, mais on sent que les arbres fleurissent peu à peu et que les feuilles commencent à pousser malgré cet hiver qui n’en finit pas ou ce printemps qui tarde à venir.

    15,4km, du 10,3 de moyenne, 9,5 les premiers km puis progressivement 10, 10,5 et  sur le chemin qui longe la Sèvre, là où c’est tout plat avec le vent dans le dos en plus, donc sans aucun effort à produire que celui d’aligner les foulées. La musique en fond sonore avec mon MP3 m’a fait un peu rêver, surtout quand j’ai mis les morceaux de Muse. Cela change du rap que j’écoute habituellement.

    L’après-midi fut consacré à l’encadrement de mes jeunes sur une compétition d’athlé, un triathlon (une course, un lancer, un saut) et malgré la fraîcheur accentuée par le vent soutenu, on s’est bien régalés, certains découvrant ce qu’est une rencontre d’athlétisme sur piste, d’autre tentant d’améliorer leurs performances. Pour un entraîneur, c’est quelque chose d’extraordinaire de voir ses protégés se faire plaisir et progresser tout en mettant en pratique tout le travail fait à l’entraînement. Beaucoup de records personnels, quelques réglages à prévoir pour certains, quelques exercices de perfectionnement pour d’autres. Bref, du beau, du bon, du boulot à prévoir pour les prochaines séances d’entraînement. Pas inintéressant.

    Demain, sortie longue, la dernière sans doute avant les 24h, avec des gelées dès le matin d’après les prévisions météo. On verra.

     

    2013 Jour 97

    Trois options de parcours s’offraient à moi avant ma sortie longue : un peu de ville puis le long de la Loire et les îles de Saint Sébastien, un peu de ville et le parcours vallonné de la rocade tranquille de Vertou puis les chemins des lotissements environnants ou la campagne vers le lac de Grandlieu puis les abords de l’aéroport et sa zone industrielle déserte le dimanche. C’est cette dernière option que j’ai choisie. Je ne voulais rencontrer personne t me concentrer uniquement sur ma course. La musique m’aidant à « voyager » je partis donc vers 9h15 pour un long tour de plus de 20km. La nature s’éveille peu à peu, je le remarque de jour en jour, heureusement, car l’hiver est encore bien long et la température de ce matin, 2°, n’était pas pour rappeler que le printemps était déjà là depuis deux semaines.

    Dans le ciel, j’ai vu un vol en « V » d’un groupe de migrateurs, et je me suis arrêté pour contempler leur discipline. 13 hérons ou autre échassiers, organisés comme la patrouille de France, avec un chef en tête et les autres répartis à 6 de chaque côté. C’était beau. Un peu plus loin, j’ai dû faire peur à un lapin qui s’est mis à détaler juste au moment où j’arrivais à son niveau. Quelle course à travers les vignes ! Et adroit le bougre, il slalomait entre les ceps sans se cogner dans un pied de vigne.

    Après 2h03’ de footing à 10/10,5km/h et 20,7km, je suis rentré bien content de ma sortie.

    Cette semaine fut bonne en terme de course, j’ai réussi à faire de la qualité et du volume malgré un emploi du temps démoniaque, tout comme celui qui m’attend ces deux prochaines semaines. Heureusement que les 24h se profilent et que je vais baisser le nombre de kilomètres sans pour autant prendre de jour de repos, en tout cas je vais essayer de continuer mon strike qui en est maintenant à 119 jours et 1612,5km.

    9h23’ pour 96,3km en 7 séances dont une de VMA longue, une de VMA courte, 3 sorties moyennes en endurance, une courte  et une longue en endurance aussi. Tout est OK.

     

    2013 Jour 98

    Petite balade de fin de journée après le travail dans des chemins où la boue commence peu à peu à sécher et où il commence à faire bon de courir. La fraîcheur s’estompe, la végétation « explose », les arbres fleurissent, dans les champs ont commencé à pousser une multitude de petites fleurs blanches, bleues ou jaunes. Le vent est quand même présent, de secteur ouest, assez soutenu, les nuages empêchent le soleil de briller et peut-être que par-ci par-là une ondée vient mouiller les sols.

    1h10’ de détente et 11,8km, ça me suffit avant deux jours plus cool en raison du manque de temps libre pour aller courir. Je vais essayer de caser ma sortie entre midi et deux, demain, ou après le travail juste avant les deux réunions auxquelles je dois assister. Hors de question d’aller courir après 22h30, mon temps de sommeil s’en retrouverait trop réduit.

     

     

    2013 Jour 99

    Deux sorties courtes dans ma journée : une le midi de 39’ pour 6,7km et une en fin d’après-midi de 37’ pour 6,1km.

    Entre midi et deux, il a plu, il y avait du vent fort et j’ai suivi un parcours semi urbain, dans les belles petites rues d’un nouveau lotissement où de beaux trottoirs ont été aménagés. Le rythme était bon, un peu rapide, mais j’étais pressé et j’avais eu la bonne idée de déjeuner juste avant le départ, pendant que la pluie tombait assez vigoureusement. J’ai eu de l’eau, mais pas trop comparativement à ce qui était tombé entre 11h et 12h. Ma sortie de fin de journée, pressée elle aussi car deux réunions m’attendaient à partir de 18h30, fut moins rapide qu’à midi, mais la météo est restée au sec malgré un vent encore fort où des rafales pouvaient à tout moment me pousser ou me freiner. J’ai répété un circuit modèle du type de ceux qu’on rencontre sur les courses de 24h et j’ai pu faire des réglages d’allure.

    Pour une journée où je craignais de ne pas avoir le temps de courir, ça a été plutôt une journée sympa à deux sorties : les 99ème et 100ème depuis le 1er janvier.

     

    2013 Jour 100

    Centième jour de l’année, assez pourri au niveau météo. Travail le matin, pluie soutenue et vent violent. Travail à la maison jusqu’à 15h, pluie forte. Entraînement des jeunes de 15h30 à 17h : pluie encore et toujours. J’ai fait faire une séance de PPG et de renforcement musculaire en tribune avec quelques gammes de course là où on peut courir, tout en haut de la tribune. Des exercices de bondissements dans les escaliers, du lancer de medecine-ball, du gainage… Et la pluie en bruit de fond qui tombe continuellement sur le toit de la tribune. Une accalmie et on file vite fait sur la piste pour finir la séance par un jeu de course sous forme de relais. Séance de remplacement qui s’est donc avérée assez plaisante aux dires des jeunes. Pas d’entraînement sauts pour les minimes et les cadets, ainsi je me suis retrouvé « libre » pour aller à mon tour m’entraîner. Bien sûr, la pluie a redoublé d’intensité malgré quelques périodes de calme relatif. J’ai réussi à trottiner 1h ou un peu plus pour 10,3 km. Un peu difficiles les parties face au vent et en faux-plat montant, heureusement qu’il y en avait en descente et vent de dos pour rétablir l’équilibre. Ce soir, j’ai pu avoir un peu de temps pour finir de travailler avant de me poser devant le match Barcelone – Paris.

    Demain, si la météo ne me plombe pas la motivation, je dois faire du fractionné long, 2 ou 3 x 2000, sur piste.

     

    2013 Jour 101

    Séance d’EMA sur piste après une journée éreintante. J’ai eu des difficultés à me mettre dans le bain et quand j’ai commencé mes accélérations afin de compléter mon échauffement, ça n’a pas été facile. Il y avait du vent, fort, soutenu, malgré une température entre fraîcheur et douceur. Ma séance consistait à fractionner sur 4x1500m à vitesse semi-marathon (85% de ma VMA) sur piste. A chaque tour, un mur de vent me ralentissait ou m’obligeait à lutter pour ne pas perdre de vitesse. 6’51s pour le premier rush, fréquence cardiaque maximale 154. Seconde fraction après 2’ de récupération : 6’45s et fc max 156. Ensuite, j’étais de mieux en mieux, 6’44 (FC max 159) et enfin 6’42s (FC maxi 161) même si le dernier tour fut quand même assez laborieux. La régularité des temps de cette séance est une bonne surprise car en commençant sans grande énergie je suis peu à peu monté en régime et j’ai su lutter sans trop monter en fréquence cardiaque dans les portions exposées au vent. 15’ de trot pour rentrer, cette dernière grosse séance à 9 jours de mes 24h me rassure bien.au total j’ai couru 1h13’ pour 12,7km.

    Demain, je vais essayer de caser un petit footing de récupération, sans doute vers 21h après le repas et l’entraînement des jeunes.

    2013 Jour 102

    La Lune, comme un petit ongle dans le ciel, m’a accompagné lors de mon footing nocturne. Pour une fois que le ciel était dégagé, il fallait en profiter. Cela ne va sans doute pas durer. 52’ de footing tranquille, 8,3km, la nuit qui tombe doucement, la fraîcheur qui tarde à venir, seul un petit vent modéré est venu apporter quelque difficulté lorsqu’il a fallu rentrer vers mon domicile. Les sensations étaient bonnes au niveau physique, meilleures qu’hier en début de séance. Pourtant la journée de boulot fut pénible – pléonasme, serais-je tenté de dire, sans savoir si cela tient plus du trait d’humour que de la vérité  - et de se dépenser un peu apporte quelque réconfort psychique et physique.

    Ce week-end, pas de volume, seules deux sorties moyennes en endurance, avant la dernière ligne droite amenant aux 24h du week-end prochain. Je ne sais pas si la fatigue mentale va me jouer des tours, mais ces quatre dernières semaines ont été très éprouvantes depuis qu’on m’a confié le remplissage du tonneau des Danaïdes – métaphore concernant mon travail. A côté, les courses à étapes de plus de 60km quotidiens ou de plus de 6h me semblent tellement faciles. Je verrai si le mental sera à la hauteur afin d’atteindre mon objectif.

     

    2013 Jour 103

    Pluie de Printemps

    Pluie de Printemps tombe du ciel

    parfumée au Soleil qui vient pointer son nez

    Les plantes sourient à la lueur du jour

    Et viennent offrir leur cœur à ses gouttes semées

     

    Pluie de printemps plus belle que l’Automne

    Vient rafraîchir les cœurs, vient inonder les cours

    Et bientôt donne tout ce qu’attend la Nature

    L’Eau si précieuse et pure pour tout recommencer

    (Elodie Santos, 2009)

     

    Y a pas à dire, la poésie est quand même plus belle que la météo actuelle qui n’en finit pas de nous désorienter. C’est quand Noël déjà ? Ah non, avant il y a un été et un automne quand même !

    Donc tenue de rigueur ce matin pour le départ de mon footing d’1h30’. J’avais décidé de partir plein ouest afin de revenir poussé par le vent et quelques vallons devaient agrémenter mon itinéraire, histoire que je ne m’enferme pas dans un ronron trop monotone. La pluie s’est invitée, certes pas très forte, pas suffisante pour engorger les routes et chemins, mais tenace pour me contraindre à refermer le coupe-vent et remettre le bonnet. Quand elle s’arrêta, ce fut au moment où j’atteignis la mi-course et le retour me permit d’ouvrir les vêtements afin de ressentir la fraîcheur parce que malgré la pluie, la température était relativement agréable (10°) et au soleil, même pâle, elle montait jusqu’à 15°. Autant le week-end dernier j’étais tombé en admiration devant le vol d’oiseaux migrateurs, autant ce matin j’ai pu constater le trafic aérien intense au-dessus de ma commune et de ses voisines. Un avion toutes les deux ou trois minutes, parfois un pause de 10’ sans en entendre un seul et vu de dessous, c’est impressionnant quand ils atterrissent. Fallait pas que je choisisse ce parcours au près de l’aéroport, mais j’aime bien sa configuration… c’est pour cela que j’ai opté pour cette zone semi campagnarde.

    1h32’30 pour 15,2km et plein de bonnes sensations pour ce footing de récupération.

     

    2013 Jour 104

    Enfin du beau temps ! Plus de 10° au lever, un beau et éclatant soleil, un peu de vent mais pas trop soutenu, les conditions « normales » printanières semblent être réunies et cela va sans doute durer quelques jours. J’en ai profité aujourd’hui, on verra pour la suite. Ma tenue fut allégée, mais j’ai enfilé un sweat-shirt au cas où…

    J’ai fait un tour sur chemins tranquilles, mais ce matin très fréquentés par les joggeurs que je n’avais pas vus en si grand nombre depuis très longtemps.

    1h20’30s pour 13,6km, du 10 à l’heure environ, cette sortie est venue clore ma semaine 16 sur les 17 que comporte mon plan « 24h ». Normalement, je devrais pouvoir courir tous les jours jusqu’à vendredi où ça risque de ne pas être possible pour raisons professionnelles et parce que le soir je prends la direction de Rennes où sera donné le départ de la course le lendemain à 10h.

    8 séances cette semaine mais 3 de moins d’1h, une seule de plus d’1h30’. Une seule fut consacrée à de la « vitesse », sur des 1500m, le reste étant principalement de l’ « habillage » et de l’entretien.

    8h26’ et 84,7km. C’est peu par rapport à ma moyenne hebdomadaire, mais c’est ma façon de réduire l’entraînement avant les compétitions. La semaine prochaine, dès demain, je réduis encore le volume et seule une sortie de « qualité » et de réglages sera au menu, les autres séances seront simplement des sorties courtes en endurance et à allure 24h.

     

    2013 Jour 105 (strike = 128.  64x2 = 2 TransEurope (en durée, pas en longueur)

    Un petit tour du côté du complexe sportif afin de réviser le parcours de hamster qui ressemble à celui de Rennes où je vais courir ce week-end pendant 1440 minutes. Je me suis arrangé pour que la longueur du tour soit proche de celle du circuit rennais, à savoir 1800m. 11’ au tour, la cadence a été bonne et sera celle que je tenterai de tenir le plus longtemps possible avant la baisse inexorable de la vitesse au fil des heures.

    Ma sortie de ce soir n’a pas excédé 1h et j’ai à peine fait mes dix bornes (56’30 pour 9,3km), mais cela ne sert plus à grand-chose de faire des bornes, j’en aurai tout mon saoul dans 5 jours. Depuis deux jours, le cuissard est de sortie, ce qui change des collants. Plus de coupe-vent épais, simplement un T-shirt et une veste légère. Les gants et autres bonnets sont à remiser pour de bon j’espère, bien qu’on ne soit pas à l’abri d’un retour du froid ; on ne sait jamais avec le dérèglement climatique qui fait de la météo une science où l’on a presque autant de chance de gagner qu’au loto.

     

    2013 Jour 106

    Ce soir, j’ai fait une séance sur piste en endurance tranquille pendant laquelle j’ai accumulé les tours de piste sur un tempo de 2’25 à 2’30 avec des « pointes » à 2’15 et des tours plus lents en 2’35. J’ai déroulé et essayé de faire le vide dans ma tête, un peu comme je le ferai samedi lors de ma compétition. La réduction du kilométrage doit m’amener à être au top de ma forme physique, et pour moi qui ai enchaîné les bornes par centaines voire milliers depuis nombre d’années, c’est une démarche difficile mais peut-être bénéfique pour atteindre l’objectif fixé. L’inconnue de ces 24h résidera dans ma gestion des moments de fatigue, quand le sommeil vient troubler la concentration et quand il est plus facile de céder à la tentation d’aller dormir que de continuer à courir dans la nuit sur un circuit où les coureurs deviennent de plus en plus rares. Encore deux ou – j’espère – trois footings avant la course et le plein de sommeil si l’on peut dire, et ce, malgré un emploi du temps professionnel très prenant.

    Ce soir, 55’ et 8,8km. Demain, 45’, pas plus, juste pour la forme.

     

    2013 Jour 107

    C’est l’été ! C’est ce que m’ont dit mes Benjamins lors de l’entraînement de cet après-midi. Et c’est vrai qu’on en a bien profité, malgré un petit vent soutenu. Moi aussi, j’en ai profité après leur séance, car ce fut au tour de la mienne. 47’30 en pleine campagne avec le chant des oiseaux comme musique de fond : ça s’agite dans les haies, la nature en profite elle aussi. J’avais de mauvaises jambes pendant les 30 premières minutes et c’est quand ça commençait à aller mieux qu’il a fallu rentrer pour ne pas trop en faire. Juste une sortie pour transpirer et faire le plein de sensations. 7700m au final, du 9,7km/h, l’allure de croisière « basse » mais où j’ai de la réserve pour accélérer s’il le faut. Je n’avais pas pris le cardio pour courir aux sensations. Ma fréquence cardiaque au repos, au lever, était de 38 pulsations par minute, j’ai même eu une minute à 36 ! C’est que la forme est là, c’est bon signe avant la dure fin de semaine et les 24h qui suivent.

    Un bon sommeil par-dessus et demain ça roulera tout seul.

     

     

    2013 Jour 108

    Petit moment de bonheur quand je suis allé trottiner pendant un peu plus d’une demie heure. Pas trop en faire, telle était ma cible pour cette sortie dans mon quartier histoire de répéter le début de course de samedi prochain. 32’ pour 5,2km, c’est vraiment du light pour moi, mais je n’ai pas envie de regretter un trop plein de bornes juste avant mon objectif number one of this year.

    Demain, soit je casse mon strike (je traduis : j’abandonne ma série de jours consécutifs sans repos) soit j’arrive aux aurores à placer un petit tour de 30’ comme celui de ce soir.

    je vais me coucher et vous dis ça demain.

     

    2013 Jour 109

    Pas pu rédiger un CR de ma sortie matinale, effectuée à 6h juste avant mon inspection. 33’ de promenade dans mon quartier à 9,5km/h juste pour me dégourdir les jambes et parce que je n’arrivais plus à dormir depuis quelques longues minutes. 5km ou un petit peu plus m’ont suffi pour démarrer ce vendredi sur de bonnes bases.

    La journée a été longue puisqu’après le travail il a fallu que je finisse de faire mes sacs et charge la voiture pour prendre la direction de Rennes où le lendemain j’avais mes 24h.

    Soirée en famille à discuter et surtout à se détendre. Coucher pas plus tôt qu’à l’habitude, de toute façon je n’aurais pas réussi à trouver le sommeil plus vite que si je m’étais couché à 21h.

     

    2013 Jours 110 et 111

    Samedi 20 avril

    Voilà le jour J, celui qui doit valider ma préparation. Celle-ci a été quand même bien perturbée par le changement d’affectation depuis un mois, l'inspection de vendredi juste avant les vacances ce qui a fait que je n’ai pas réussi à suivre le plan prévu parce que la surcharge soudaine de travail m’a empêché de profiter de temps d’entraînements conséquents. De plus un gros stress et venu s’ajouter à ce sous-entraînement. Comment vais-je gérer les événements ? C’est la question que je me pose avant le départ. J'ai passé de très mauvaises nuits ce dernier mois, tracassé par tout ce changement. Le retour sur Terre après la TransEurope est plus violent que prévu, surtout qu'il se fait à retardement. Mais quand on a survécu à 2009 et ses galères suédoises et quand on a connu tout le bonheur de finir une transcontinentale trois ans après, on se dit que c'est la vie et qu'il y a des hauts et des bas comme lors d'une course d'ultra.

     

    Heureusement, la météo est au grand beau, avec néanmoins un vent soutenu de secteur nord-nord-ouest. On l’aura de face dans la portion montante du circuit. Pas de chance ! Mais c'est mieux que celle de l'année dernière.

    Le départ est donné à 10h du matin et de suite je sens que les jambes sont bonnes, le rythme tranquille, et la tenue un peu trop consistante : à la fin du premier tour je me débarrasse de mon coupe-vent pour ne conserver que le sweat-shirt et le t-shirt au-dessous. Mon cuissard est idéal, il m'avait servi du Danemark à Gibraltar tout comme mon t-shirt et je ne regrette pas en voyant ceux qui ont mis un collant et qui vont avoir un peu chaud. Je cours beaucoup avec Jean Gabriel, un copain nantais, et nous discutons de longues minutes avant de rentrer progressivement chacun dans notre course ; je bavarde aussi beaucoup avec les autres coureurs. Sur 24h, on est amenés à se voir fréquemment et donc de temps en temps on tape la discute ; ça fait passer le temps et les kilomètres.

    Les quatre premières heures passent donc assez bien, j’engrange les bornes au rythme de plus de 5 tours à l’heure soit environ du 9,5km/h. Je souhaite tenir ce tempo pendant encore quatre autres heures, mais petit à petit je commence à ressentir des lourdeurs aux jambes qui me font ralentir peu à peu. 1h54 aux 10 tours (18,3km), 3h50 aux 20 tours (36,6km), je passe en 6h05 aux 30 tours (54,8km) puis en 8h27 aux 40 tours (73,0km). J’ai donc beaucoup ralenti, perdant 1 tour à l’heure en gros. Par rapport aux temps de passage fixés, ceux de l'an dernier, je prends du retard ou tout au moins je ne prends plus d’avance. Je n’avais pas prévu cette baisse de régime si tôt dans la course. A la 10ème heure, 84km de faits, 8,4km/h (c’est facile à calculer) soit deux marathons (en 2012 j'avais couru 2 tours de plus, soit 87,8km). Peu importe, je serai peut-être moins chronophage cette nuit lors des changements de tenue.

    Le premier marathon ne m’a pris que 4h30, le second une heure de plus. J’espère ne pas mettre beaucoup plus de 6h pour faire le troisième. Les 100km sont dépassés après 12h24’ de course (1 heure de retard par rapport à l'an dernier) et je me décide à faire une pause afin de changer une partie de ma tenue et de remettre de la pommade de protection et aussi de prendre le temps de manger une soupe tiédasse et une purée au jambon tout aussi froide et fade. De 8,1km/h ma moyenne a chuté à 7,8 quand je reprends le circuit. L’objectif de battre mon record avait déjà du plomb dans l’aile avant mon arrêt, il ne me reste comme objectif de secours que de faire un bon total. C’est là que je ressens le manque de kilomètres surtout ceux des sorties longues de 3h que je n’ai pas pu faire.

    Dimanche 21 avril

    Minuit passé, 14h de course, enfin plus de la marche que de la course ou un mélange amer entre les deux. Un peu de marche athlétique pour préparer le 5000m des interclubs, comme ça je n'aurai pas l'impression d'avoir perdu mon temps. Enfin, façon de parler, la perte de temps sur ce 24h est considérable : presque 10 bornes de gaspillées (107,7km contre 117,1 soit 5 tours) et l'envie de m'accrocher aux branches qui fond de plus en plus.

    La nuit devient de plus en plus fraîche et de ne plus vraiment courir régulièrement me fait prendre froid. Plusieurs coureurs d’ailleurs se sentent mal parce que refroidis par le vent de face et certains sont pris de nausées, maux de ventre ou vomissements. Je m'arrête une première fois (peu après le passage du troisième marathon en 17h, soit 7h pour les 42 derniers km) pour essayer de dormir un peu sur une chaise, les bras croisés sur une table la tête posée dessus, tout près dus ravitaillement mais je ne réussis pas à trouver le sommeil. Je repars et après une heure de marche, je tente à nouveau de dormir. Mon arrêt dure 70 minutes et quand je veux repartir, je suis frigorifié. Il est plus de 6h du matin, le petit jour arrive et le givre recouvre les voitures. Je dois courir pour me réchauffer. Ma motivation n’est plus très grande et je termine ces 24h en essayant de sauver les meubles en dépassant les 150km.

    Au final, 157,049km pour cette course où je n’avais pas le niveau pour faire mieux. Dommage que le dernier mois m’ait gâché tout l’entraînement hivernal.

     

    2013 Jour 112

    Lendemain de 24h : cassé ? Non, un peu de douleurs musculaires et quelques sensibilités aux pieds, mais rien de bien méchant pouvant me contraindre à rester chez moi. J’ai donc rechaussé les runnings et suis allé faire une petite sortie de décrassage de 7,2km en 48’ en fin de journée. Les deux premiers kilomètres ont été très laborieux, je claudiquais mais une fois les muscles réchauffés, je pus enfin courir sans trop de douleurs. Le rythme était bien lent, mais le principal a été de me dégourdir les jambes. le temps était beau, frais et un peu venteux, mais je conservais quand même le coupe-vent.

     

    2013 Jour 113

    Ce matin, encore quelques courbatures au lever puis une fois parti sur mes chemins en trottinant, j’ai pu décider d’allonger le parcours. Ma sortie de 9,6km en 1h05’ presque ne fut certes pas d’une rapidité extrême, mais je récupère mieux comme ça que de rester chez moi. Il faut faire tourner les jambes, ça élimine les courbatures, enfin, c’est mon principe et je suis habitué à ne jamais couper après une compétition.

    Demain, une autre séance, cette fois sur piste avec cardio et enregistrement de la FC à différentes allures. Bien sûr, je ne vais pas faire de VMA, je vais simplement accélérer progressivement jusqu’au moment où je ne serai plus « à l’aise ». Le pouls du matin, hier comme aujourd’hui était de 41. La fatigue ne s’est pas installée.

     

     

    2013 Jour 114

    Séance sur piste ce matin par un temps presque estival. J’avais programmé un petit test d’allures sur 2000m en 5x400m à vitesse progressive pour recueillir des données cardio puis de la Marche Athlétique en vue de me préparer aux Interclubs du 5 mai où je m’alignerai sur le 5000m Marche.

    14’ d’endurance afin de me rendre sur la piste puis j’enchaîne avec mes tours de piste :

    -          premier 400m 2’36 et la FC à 127 maxi

    -          second en 2’27 FC 131 sans récupération

    -          suivant en 2’16 FC 138

    -          l’avant dernier 2’02 FC 149

    -          cinquième 400m en 1’56 FC 154 maxi.

    100m de récupération à la marche « normale » puis j’enchaîne sur mes 10x300m en Marche Athlétique. Réglage du geste, des appuis au sol, du déhanchement, du travail des bras – une athlète aguerrie en marche viendra même me donner quelques conseils concernant la position de mes bras afin d’économiser le coût énergétique de ma marche – j’ai mis quelques fractions avant d’atteindre une cadence « raisonnable ». Si je veux viser les 31’20 comme l’an dernier, il me reste du travail car au mieux de mes séries, j’ai tourné en 2’09 aux 300m soit 43 secondes aux 100m et 7’10 au km (35’50 aux 5km si je ne vais pas plus vite).

    Pour finir, je suis rentré par des chemins avec 30’ d’endurance.

    Au total, ma séance a duré 1h27’ et je n’ai fait que 12,3km (dont la séance de marche athlétique). Mais les courbatures se dissipent progressivement. Demain, sortie mixte endurance-marche athlétique (20’/45’/20’) sur route.

     

    2013 Jour 115

    Endurance + Marche Athlétique au programme ce matin. Grand soleil, les plantes exhalaient leurs parfums en ce début de matinée plutôt estival que printanier. J’ai tourné sur un circuit de 3km et après 20’ de footing, j’ai commencé la première de mes quatre séries de 1000m en marche athlétique. Sur route, ça ne rend pas pareil que sur la piste, les aspérités du bitume, les petits creux et petites bosses, font gratter les semelles par moment. J’ai été un peu plus « efficace » que lors de la séance sur piste, tournant mes kilomètres en 7’/7’10 et il va falloir descendre un peu plus vers les 6’40 voire 6’20 pour retrouver le niveau de l’an dernier. J’ai encore 10 jours avant les interclubs. La récupération entre deux séries de 1000m était courue, à 10km/h environ et j’ai terminé ma séance par 30’ en endurance en courant.

    Aujourd’hui, j’ai appris que j’avais réussi mon examen d’entraîneur 1er degré spécialité sauts ; j’ai reçu par la poste mon diplôme. C’est mon second certificat après le 1er degré « moins de 12 ans ». La saison prochaine, je vais peut-être tenter de passer un 2ème degré, mais le niveau est un peu plus élevé et demandera que j’aie des athlètes capables d’aller aux France. On en a, mais il en faudra d’autres. De plus, il me faudra proposer des séances d’entraînements supplémentaires et spécifiques dans le domaine que j’aurai choisi, sans doute saut pour continuer à parfaire ma formation. Reste plus qu’une bonne note à mon inspection et ma mésaventure des 24h sera oubliée.

    Elle l’est d’ailleurs un peu, et aujourd’hui je me suis inscrit sur deux compétitions : le marathon de Chavagnes en Paillers (samedi 11 mai), d’habitude je fais les 100km du même nom, et le raid du Golfe (87km) le samedi 29 juin. Cela me fait deux objectifs à préparer même si pour le premier je ne vais pas avoir le temps de faire grand-chose, sinon courir. D’ici-là ; il y a le 5000m Marche des interclubs.  

     

    2013 Jour 116

    J’ai récupéré mes jambes et j’en ai profité pour aller faire une sortie longue avec une partie à 70/75% de VMA afin de reprendre un peu de vitesse en vue du marathon qui n’est plus qu’à deux semaines d’aujourd’hui. J’ai suivi mon itinéraire vallonné tantôt sur route tantôt sur chemins qui peu de temps avant mon passage avaient été inondés par la Sèvre en crue. Les grandes marées se font sentir jusqu’ici. Le temps était frais mais sec et un vent modéré que j’ai eu de face au retour m’a un peu ennuyé lors de mon travail à allure « presque marathon ». 1h52’ pour 18,8km dont 8km de 10,6 à 11,2 km/h.

    L’après-midi, j’avais une séance de travail technique de marche athlétique sur piste et j’ai fractionné aussi sur 10x150m puis j’ai enchaîné avec un 2000m. Difficile en raison du vent violent qui soufflait et en marche, on a vite fait de baisser l’allure dès qu’un obstacle aussi fort vient s’inviter sur la piste. 50’ presque pour seulement 5,6km, il faut dire que les gammes de marche prennent du temps et n’engrangent pas beaucoup de km.

     

    2013 Jour 117

    Une nouvelle sortie longue ce matin, 1h46’ pour 16,6km, à une allure correspondant à de la récupération. Il faisait frais, le vent était fort, le soleil ne réchauffait pas avec ses pâles rayons. J’ai choisi un itinéraire vallonné encore une fois afin de reprendre un peu l’habitude de changer de foulée. Parfois sur bitume, souvent sur chemins, quelque fois sur herbe, la grande variété de revêtements n’était pas pour me déplaire. Après la double séance de la veille, j’ai ressenti une certaine fatigue après une heure de course et ça m’a fait travailler le mental et la technique: relancer malgré les jambes lourdes, monter les genoux dans les côtes, me décontracter sur les portions planes ou descendantes… Le tout avec de la musique dans mon MP3, c’était au final une bonne petite sortie.

    Demain, dimanche, une nouvelle longue sortie, avec un peu de Marche Athlétique si j’en ai envie. Mais de trop en faire commence à générer quelques raideurs et même quelques courbatures. Alors, méfiance.

     

    2013 Jour 118

    Pas de marche Athlétique ce matin lors de ma sortie en nature. 1h23’30 pour 13,6km, de bonnes sensations, sur un sol tendre mis à part les premier et dernier kilomètres ainsi qu’une portion de route de 1500m vers la mi-parcours. 5° au départ, un peu de vent, mais aussi du soleil. Le bonnet enfilé lors de la première partie m’amenant sur les chemins est vite devenu trop chaud et je sentais que l’atmosphère se réchauffait peu à peu. Arrivé chez moi il faisait 11°.

    Pendant cette semaine de récupération –si l’on peut dire – j’ai effectué 8 sorties pour un volume horaire de 10h30’ et un kilométrage de 95,7km. Sur ces 8 séances, 2 courtes en endurance, 3 de durée moyenne avec variation d’allures ou du travail de Marche Athlétique ou de l’endurance fondamentale, 1 séance spécifique de marche et 2 sorties longues.

    La semaine qui arrive sera la première de ma préparation au Raid du Golfe, mais il y a les interclubs de marche dimanche prochain et le marathon le samedi d’après. Donc cette préparation va être un peu « tronquée ».

     

    2013 Jour 119

    J’ai renoué avec les séances de VMA sur piste avec, ce matin, une série de 10x100m à 100%VMA. Mon temps cible était de 22,5 secondes et j’ai effectué mes 100m entre 23,2 et 22,0s. J’ai réussi sans trop forcer à courir à la vitesse prévue. La récupération, pas plus de 25 à 30 secondes, me permettait de repartir comme il fallait pour la série suivante.

    Une fois ce travail de VMA passé, j’ai récupéré au trop puis en Marche athlétique pendant 6’ et j’ai fait mes séries de Marche 10x300m avec 100m de récupération en trottinant. Là encore, j’ai tenu la cadence prévue, passant de 2’10 sur les 6 premières à 2’05 sur les 7 et 8èmes et enfin j’ai marché à 9km/h sur les deux dernières. Ce week-end, il faudra tenir le 9,5 km/h pendant 5000m afin de réaliser le même score que l’an passé (31’20) : ça ne va pas être facile et je risque d’être souvent à la limite de la faute technique. On verra bien.

    Je suis rentré par le chemin calme habituel : 25’ d’endurance pour récupérer. Total de la journée : 1h32’ pour 13,3km.

    Demain, sortie moyenne et un peu vallonnée.

     

    2013 Jour 120

    Quatre mois sont passés depuis le Jour de l’An et je n’ai toujours pas connu un jour de repos dans mon petit challenge qui a débuté un peu avant, le 11 décembre 2012, au surlendemain des 24h du Téléthon à Ploeren. 120 + 21 = 141 jours et 2016,4km.

    Aujourd’hui, je suis allé faire du moyennement long en nature sur un terrain un peu vallonné. Cela a été et j’ai eu de la chance qu’il ne pleuve pas comme il a plu cet après-midi. Cette sortie en endurance, la dernière du mois d’avril a marqué le franchissement des 500km pour ce mois, les 157km des 24h ayant bien fait monter – même incomplètement – le kilométrage. Cette séance a duré 1h45’ et j’ai parcouru 17,1km. Les bonnet et gants étaient à nouveau de sortie tout comme le coupe-vent et le sweat-shirt. Comme en hiver. C’est fou comme cette année on a vraiment pas une météo très stable, souvent maussade. Demain, le 1er mai, risque d’être du même acabit, hélas, mais il faut se faire une raison. Il faut prendre les choses comme elles viennent.

    J’ai prévu une séance de VMA courte  (2x(12x30/30)) sur piste suivie d’éducatifs de marche athlétique.

     

    2013 Jour 121

    Que d’eau ! J’ai surnagé pendant ma séance sur piste où les couloirs 1, 2 et 3 ont été vite inondés par l’eau qui tombait avec force. Le début de ma séance sous une pluie faible ne me faisait nullement penser qu’une fois mon échauffement terminé, après 25‘, la suite allait être très arrosée. Cela a empiré quand j’avais déjà fait trois ou quatre de mes 12 fois 140m, longueur de fraction calculée pour que ça fasse 30 secondes, sachant que je n’ai pas encore le niveau pour faire 150m sur la demi-minute. La récupération sur 60m, en 30 secondes, était prévue en trottinant lentement. Quand la pluie a redoublé, les couloirs 1 et 2 se sont vite retrouvés engorgés d’eau qui n’arrivait pas à s’écouler et comme je ne voulais pas courir dans les couloirs extérieurs pour ne pas faire plus de distance que prévu, j’ai opté pour continuer la course dans l’eau, ce qui me faisait travailler la foulée. Une fois la première série de 12x140m passée, j’ai fait un tour de récupération en marchant puis trottinant et j’ai entamé ma seconde série de 12x140m. Il pleuvait toujours et peu à peu l’inondation s’est étendue aux couloirs 3, 4, etc.

    Le positif dans l’histoire, c’est que malgré les éléments contraires (pluie, vent et froid ainsi que la tenue devenue plus lourde avec les chaussures gorgées d’eau et le coupe-vent trempé ainsi que ce qu’il y avait dessous) j’ai néanmoins réussi à être régulier : j’ai couru mes fractions entre 32 secondes et 30,5 secondes (31,5s de moyenne), soit un peu moins vite que prévu (j’avais calculé que pour une VMA de 16 ça faisait 133,33m/30 secondes, pour une VMA de 16,5 je devais courir 137,50m en 30 s et pour une VMA de 16,8 les 140m en 30 s). Grosso modo, ma VMA ayant un peu baissé et sans doute aujourd’hui de l’ordre de 16km/h, je suis content d’avoir tenu les 100% dans ces conditions. Nous étions 4 coureurs courageux à courir sur la piste, mais les 3 autres n’ont pas fait de vitesse, simplement de l’endurance plus ou moins active.

    Ma séance a duré 1h12’ et j’ai fait 11,6km. Quand je suis arrivé chez moi, je me suis déshabillé dans le hall d’entrée, laissant dehors mes affaires trempées et dégoulinantes. Je suis allé me réchauffer directement sous la douche et ce n’est qu’après que je suis retourné tout ramasser et mettre à laver ou à sécher.

    Souhaitons que ce fichu temps repasse au beau, demain je récupère en endurance pendant 45’ avant de me faire un 4x1000m en Marche Athlétique.

     

    2013 Jour 122

    Après le rinçage de la veille, la piste était en train de subir un petit lifting quand j’y suis arrivé. Les agents d’entretien du stade passaient la souffleuse afin d’éliminer tous les petits branchages, les granulés synthétiques, le sable et les autres objets indésirables qui régnaient sur le tartan depuis plusieurs semaines déjà. Samedi se déroulera une compétition de jeunes sur cette piste et il fallait qu’elle soit un peu nettoyée afin de ne pas rendre glissantes les aires de sauts tout comme les couloirs de course.

    J’ai attendu que le balayage soit terminé pour commencer ma séance de Marche Athlétique. 30’ d’échauffement préalable, autour du complexe sportif en « attente » puis je pus commencer. 6’48 le premier kilomètre, allure de réglage, puis après la récupération, 6’37 pour la seconde fraction puis 6’27 et enfin 6’10, allure proche de 10km/h que j’aimerais pouvoir tenir dimanche. Cela sera difficile, je me contenterai d’un 6’20/km, surtout qu’après, je dois lancer le poids. Aux interclubs, c’est comme ça, tous les athlètes depuis les cadets jusqu’aux vétérans donnent un coup de main pour essayer de faire monter le score. Nous, cette année, on vise les 20000 points. Le poids de 7,250kg est très lourd pour qui ne l’a pas lancé depuis belle lurette (ça remonte à près de 35 ans pour moi) et les essais d’aujourd’hui me donnent bon espoir de marquer quelques points utiles.

    La séance de piste au total  m’a pris 1h27’, échauffement et récupération incluses et j’ai fait 12,4km. La séance de poids de ce soir pendant laquelle j’ai à nouveau fait un peu de marche a duré moins longtemps et je n’ai pas totalisé le temps et la distance d’entraînement.

     

    2013 Jour 123

    Ce matin, c’était une séance d’EMA à 80% qui était prévue : 5x1000m en 4’45 à 5’00. En réalité, j’ai couru un peu plus vite : 4’44 puis 4’37, 4’32, 4’33 et enfin 4’26. Mais les sensations étaient bonnes et la récupération en trottinant me permettait de repartir assez facilement pour la série suivante. Il faudra que je coure un peu moins vite en tout cas au début des 42km samedi prochain car je ne sais pas si j’aurai les jambes pour faire un chrono de 3h30. Je partirai sans doute sur un rythme de l’ordre de 5’ à 5’15/km et aviserai à la mi-temps ou au début du dernier tour (km 25). Chavagnes, je connais parce que j’y ai couru nombre de cent kilomètres et ce sera la première fois que je n’y courrai qu’un marathon. Notons qu’en 1996, j’avais abandonné peu après le marathon, aux Brouzils, au km 45, suite à un petit malaise. Mes temps de passage d’alors étaient de 3h31’ (en 1995, année de mon 100km record) et 3h34’ juste avant mon abandon en 1996, ce qui me conviendrait aujourd’hui.

    Mes 5 séries de 1000m avalées, je me suis entraîné à la marche sur des courtes fractions : 10x100m en relâchant bien et en accélérant à la limite de la faute technique par moments. Au final, ma séance a duré 1h18’ pour 13km. Je ne suis monté en FC qu’à 163 au plus fort de mon dernier 1000m, sinon, j’étais resté entre 157 et 159 lors des autres séries.

    Demain, petite sortie en nature d’1h30’ puis l’après-midi sera consacré à l’arbitrage des courses de la compétition des benjamins et minimes que nous organisons avec mon club : les Jeux de l’Atlantique.

     

    2013 Jour 124

    Endurance de durée moyenne d’1h15’ à peine, avec 3km à allure marathon. Bonnes sensations, temps estival, paysage agréable et ombragé. 12,8km au final.

    L’après-midi, les Jeux de l’Atlantique Benjamins et Minimes se sont déroulés de belle manière pour mon club qui glane les titres en Minimes filles et garçons ainsi que quelques podiums dont un pour une de mes benjamines. Beaucoup de mes jeunes ont battu leurs records, tant en sprint (50m et 100m) qu’en saut (longueur et triple saut) ou lancer (poids et javelot). Le côté un peu frustrant de l’entraîneur qui est aussi juge arbitre c’est que je n’ai pas pu assister et aider mes poulains.

     

    2013 Jour 125

    Les Interclubs ! Notre équipe gagne sa poule et bat son record de points. J’y ai participé en battant mon record sur 5000m marche (31’14) et en lançant le poids (de 7,257kg). Les « anciens » comme moi et les jeunes, cadets,  juniors, espoirs et seniors étaient réunis dans la même équipe et l’ambiance était très sympathique, chacun ayant donné le meilleur de lui-même pour le club. J’ai été réquisitionné comme juge arbitre à la perche : intéressant de voir de jeunes athlètes dans leur progression.

    Au total j’ai couru et marché un peu plus d’une heure pour à peine 10km, échauffement et compétition compris.

     

    2013 Jour 126

    1h en fin de journée, sous un grand soleil et une bonne chaleur. J’ai couru le long d’un cours d’eau en essayant de prendre le plus d’ombre possible et de trouver la fraîcheur. 10 bornes pile poil. De bonnes jambes au lendemain de la marche.

    à+Fab******€

    « Journal de bord de 2013 (2ème partie J 42 à J 83)Plan Transe Gaule 2013 en 16 semaines »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :