• Avant l'embarquement pour la seconde traversée.

    Alors que nous venons de passer à moins de 100 jours du départ de ce qui fera de moi - j'espère - un "Gaulois bi-étoilé", la préparation à cette épopée bat son plein.

    De toute façon, j'y pense tous les jours, et ce depuis l'arrivée de l'édition 2005. Tous mes faits et gestes sont orientés vers cette course. A chaque fois que je prévois de faire quelque chose, que ce soit au niveau familial, au niveau professionnel, ou financier, j'ai en ligne de mire le 16 Août 2006. J'ai hâte d'y être, tout en sachant bien que les jours qui me séparent du départ vont être longs, et que la course va passer très vite, trop vite, même si elle est ponctuée de moments de souffrances et de solitude.

    A la même époque, l'année dernière, je m'étais déjà "orienté" l'esprit vers ce quelque chose qui m'effrayait, qui me fascinait et que j'allais découvrir, mais sans doute pas autant que cette année alors que je le connais. C'est une aventure qui, il faut le reconnaître, prend beaucoup sur mon entourage : du temps, de la patience, des non-dits, des moments d'absences (dans les pensées bien sûr, mais aussi en raison du temps que me prend l'entraînement), des inquiétudes (des autres à mon sujet : "Est-il devenu "autiste" ? Pourquoi ne vient-il pas plus souvent nous voir?" ...  ou personnelles : "Serai-je prêt physiquement ? Ne va-t-il pas y avoir un impondérable qui va m'empêcher d'y aller ?" etc...).

    Je vais essayer de prendre sur moi pour me libérer l'esprit. Nous sommes à trois mois du rendez-vous au pied du phare de Roscoff, il y a tellement de moments de bonheur à vivre avant et à déguster sans modération que cela devrait m'aider à y arriver.

    En attendant de donner des précisions sur la course elle-même (en joignant des liens vers des sites spécialisés), cet article me servira à indiquer les différents états psychologiques et physiques dans lesquels je vais me trouver d'ici le départ.

    A J-94 (dimanche 14 mai), le physique est en progrès, le moral au beau fixe. N'oublions pas que dans 13 jours il y a les 24 heures de Séné. Cela m'indiquera déjà si je vais être capable de courir longtemps sans bobos.

    A J-87 (dimanche 21 mai), et à J-5 des 24 heures de Séné, le physique va, mais des petits tracas d'ordre médicaux dans ma famille sont venus ternir quelque peu mon enthousiasme.

    A J-69 (jeudi 8 juin), après une quinzaine à "digérer" ma non-participation aux 24 heures de Séné, et surtout la cause de ce forfait (le décès de ma mère), le moral et le physique vont mieux. J'ai décidé de participer aux 100km du Loire-Béconnais, histoire de voir où j'en suis tant au niveau de l'entraînement qu'au niveau de la volonté d'aller au bout d'une compétition. Cela fait trois mois que les petits pépins physiques ont perturbé mes préparations et compétitions. Je ne sais pas si physiquement je serai capable "d'arracher le résultat", comme on dit en sport co, sur ce 100km, mais mentalement cela fera partie du travail préalable pour me lancer sur la Transe Gaule V en août.

    A J-54 (vendredi 23 juin), je pense avoir bien récupéré de mon 100km (CF compte-rendu : http://fabcentkm.oldiblog.com/?page=articles&rub=39366 ) du week-end précédent. Je participe au semi du May sur Evre dimanche prochain, juste pour rencontrer des amis du forum, et partager un peu  cette convivialité que notre sport génère.

    A J-50, JBJ, l'organisateur de la Transe Gaule, comptabilise 36 coureurs dont 5 femmes. 8 pays de représentés, dont le Brésil (de Sebastião) qu'on va rencontrer en quarts de finale de la Coupe du Monde samedi prochain. De bon augure pour la suite: il y a des anglais (pour les 1/2) puis des Allemands pour la finale du 9/07 ! Au niveau de l'entraînement, le cap va être mis vers cette course en deux  ou trois temps : récup avec endurance; redéveloppement de la VMA et du seuil; travail sur le long-lent (LSD low slow distance).

    A J-45, la France a battu (hier) le Brésil, et j'ai eu un petit message de Sebastião, qui nous encourage à gagner la Coupe du Monde maintenant. Il faut quand même d'abord sortir le Portugal qui n'est pas évident à jouer. Au niveau de l'entraînement, les grosses chaleurs de ces dernières semaines permettent de s'entraîner à gérer des situations que l'on peut rencontrer sur la TG : hydratation fréquente, recherche d'ombre, rythme de course diminué, coups de soleil... Quand je pense à tous les coureurs engagés sur le Tour du Golfe du Morbihan : ce qu'ils ont dû souffrir de la chaleur, et ce, même en pleine nuit !  

    A J-13, 20 heures. Un mois a passé depuis ma dernière intervention : j'étais en vacances loin de mon PC. Depuis que je suis rentré, je me prépare : pour la Nième fois, j'ai vérifié si mon matériel tient dans le sac et la valise que je vais emporter à Roscoff. J'ai acheté une nouvelle paire de running (des Mizuno Nirvana 2, en solde) qui feront sans doute une étape sur deux, en alternance avec les New Balance 1050. Pour l'entraînement, sans doute dernière séance de VMA aujourd'hui : 8 x 150m, juste pour redonner un peu de peps au corps; ça s'est bien passé, d'autant plus que ces séries suivaient un petit test d'allures afin de situer la vitesse et la FC correspondante à différentes cadences. La FC était un peu haute par rapport à d'habitude (+ 5 à 10 BPM) mais sans importance, le plus gros de l'entraînement est passé, le reste n'est que de l'habillage et de la récup pour ne pas arriver "cramé" au départ à Roscoff.

    A J-10, dimanche soir. Après une Nième vérification des bagages, j'ai encore dû  retirer des éléments de tout mon barda, afin que ce dernier puisse ne pas être ni trop lourd ni trop encombrant. Ce sont des affaires que je n'aurais sans doute pas mises ou utilisées. De toute façon, si quelque chose vient à me manquer, Pascale, ma femme, qui vient me voir sur l'étape 5, pourra me l'apporter. Le seul problème est de savoir si j'emporte ou non mon ordinateur portable : c'est bien utile, après l'étape de pouvoir taper son CR, sans attendre d'être revenu de ce long voyage. De plus, il me permettrait de vider mon appareil photo et de transférer mes prises sur le PC. Il me reste 10 jours pour me décider. Je peux commencer avec, et le donner à Pascale le 20 si je vois qu'il ne m'est pas de grande utilité.

    A J-2, dernier footing ce matin, pour l'hygiène comme on dit, et pour évacuer la "pression" qui monte peu à peu. Tout est prêt, reste plus qu'à éteindre l'ordinateur et à le mettre dans le paquetage. C'est demain midi qu'on prend la route vers Roscoff, avec Daniel Muller**** et Romain Valle*, pilotés par la femme de ce dernier. Tous les bagages tiendront-ils dans la voiture ? C'est le seul problème qu'on résoudra sur le moment. Peut-être une dernière impression demain matin... sinon, des nouvelles à mon retour.

    J-1, dans une heure je rejoins les copains pour nous rendre à Roscoff; Journée "chargée" dans tous les sens du terme : la voiture !!!, les routes avec sans doute quelques retours, puis, en fin d'après-midi,  l'installation au gymnase, les retrouvailles avec les connaissances, le briefing, le repas, la préparation des affaires pour la 1ère étape de demain et le dodo.

    à+Fab*

    « 18ème étape : Saint-Pons de Thomières / Gruissan-Plage.Calcul des vitesses d'entraînement »

  • Commentaires

    1
    visiteur_gourdoda
    Mercredi 28 Juin 2006 à 00:00
    J'avais pas vu cet article, tu le post apres la victoire francaise !!! je te suis ;-)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :